( 1 Vote ) 

Alassane Ouattara (président de la République) aux Généraux, hier, au Golf : "Je vous ordonne de procéder au repli de toutes les forces dans les casernes" - "Demandez à Ib et aux chefs miliciens de déposer les armes"

La guerre est terminée en Côte d'Ivoire. Le pays est réunifié, l'armée doit être réunifiée. En tant que Chef suprême des armées, je vous ordonne de procéder immédiatement au repli de toutes les unités combattantes dans leur caserne et leur base d'origine, que ce soit au sud comme au nord.

le Général Ibrahima Coulibaly "IB"

Ceci est indispensable pour la bonne gestion de nos forces de défense et de sécurité. Les éléments doivent rentrer dans les casernes. Les unités combattantes doivent rentrer dans les casernes. Le maintien de l'ordre doit être confié à la police et à la gendarmerie.


C'est comme cela que ça se passe. Je vous ordonne donc de redéployer les forces de police et de gendarmerie dans les commissariats, les brigades des communes pour qu'elles se mettent en ordre pour assurer la protection et la libre circulation des personnes et des biens sur l'ensemble du territoire national.

Général IB

source: abidjan.net

africk.com

( 1 Vote ) 

Pas d'envoi en Libye d'unités terrestres ! mais La France envoie des conseillers militaires

La Libye abattra les avions de l'Otan à l'aide de missiles sol-air et distribuera des armes aux civils si les troupes de la coalition débarquent à Misrata, a déclaré mardi Khaled Kaaim, chef adjoint de la diplomatie libyenne.

A Misrata, siège des affrontements les plus sanglants de Libye, les fidèles du colonel Kadhafi ne laissent pas de répit aux insurgés. En six semaines, un millier de personnes y ont péri et 3.000 autres ont été blessées, selon des sources médicales.

Le porte-parole du gouvernement français, François Baroin, a annoncé lors du compte-rendu du conseil des ministres l'envoi d'"un tout petit nombre" d'officiers de liaison français auprès du Conseil national de transition "dans la stricte application" de la résolution 1973 des Nations unies. Selon lui, le nombre de ces officiers de liaison sera inférieur à dix.

"Dans le cadre de notre coopération bilatérale avec les autorités du CNT, la France a placé auprès de notre envoyé spécial à Benghazi un petit nombre d'officiers de liaison", a précisé dans la foulée le ministère des Affaires étrangères.

Lire la suite : Pas d'Envoi en Libye d'Unités Terrestres !

( 1 Vote ) 

 

Le 16 avril a été le jour le plus meurtrier de l'année pour l'OTAN en Afghanistan.

Trois soldats de la coalition internationale ont péri dans l'explosion d'un engin artisanal, dans le sud de l'Afghanistan.

L'attentat, survenu samedi, a été annoncé dimanche par l'OTAN. La même journée cinq autres soldats de l'Alliance atlantique étaient tués lors d'un attentat-suicide contre une base de l'armée afghane, dans l'est du pays.

Quatre militaires afghans avaient alors aussi trouvé la mort.

Le 16 avril est le jour le plus meurtrier pour les troupes de l'OTAN depuis le début de l'année.

Au total, 23 soldats de l'OTAN ont été tués en Afghanistan en avril, et 125 depuis le début de l'année.

Environ 130 000 soldats étrangers, aux deux tiers américains, sont déployés en Afghanistan pour combattre l'insurrection talibane.

Le ministre français de la Défense est à Kaboul dimanche et lundi pour une visite auprès des troupes françaises

C'est sa première visite depuis sa prise de fonction. Gérard Longuet est accompagné du chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud.

Au cours de son séjour, il rendra notamment visite aux troupes françaises sur le terrain et devrait s'entretenir avec le président afghan, Hamid Karzaï.

 

Lire la suite : Le 16 avril a été le jour le plus meurtrier de l'année pour l'OTAN en Afghanistan

( 1 Vote ) 

 

Le retour à la vie normale se concrétise chaque jour davantage à Abidjan.

 

Depuis le 12 avril, les militaires français de la Force Licorne accompagnent la reprise des activités économiques et le retour des ressortissants chez eux, en soutien des militaires de l'opération des Nations-unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) et en liaison avec les forces ivoiriennes.

Depuis le 5 avril dernier, alors que les forces de monsieur Gbagbo ont annoncé un cessez-le-feu, elles n'ont cessé d'engager des tirs à l'arme lourde, canon, obus et mortiers, contre la population civile et les emprises diplomatiques.

Le 9 avril, les forces de Gbagbo ont ouvert le feu contre la résidence de l'ambassadeur de France, le 10 avril contre le quartier général du président élu monsieur Ouattara et contre des habitations civiles.

Depuis le 13 avril, de nombreux ressortissants quittent volontairement le camp de Port-Bouët pour retrouver leur domicile. Soucieux d'accompagner jusqu'au bout ceux qui souhaitent rentrer chez eux, les militaires français de la Force Licorne ont mis en place des navettes. Bernard, ressortissant français vivant à Marcoury, part du camp « sans aucune appréhension. D'ici un mois, tout va reprendre ».


Sur les 5000 ressortissants accueillis sur le camp depuis le 31 mars, environ 3400 ont quitté le pays, parmi lesquels plus de 1900 français. Dans le même temps, 600 ont déjà  souhaité réintégrés leurs habitations.

Lire la suite : Abidjan Point de Situation  14 Avril

( 1 Vote ) 

 

 

Dimanche 10 avril 2011, constatant les violations répétées du cessez-le-feu par les forces de Laurent Gbagbo, le Secrétaire général de l'ONU (SGNU), M. Ban Ki-moon, a ordonné à l'ONUCI de neutraliser les armes lourdes de l'ex-président ivoirien et a demandé à la France de soutenir l'action de l'ONUCI.

Depuis le 5 avril dernier, alors que les forces de monsieur Gbagbo ont annoncé un cessez-le-feu, elles n'ont cessé d'engager des tirs à l'arme lourde, canon, obus et mortiers, contre la population civile et les emprises diplomatiques.

Le 9 avril, les forces de Gbagbo ont ouvert le feu contre la résidence de l'ambassadeur de France, le 10 avril contre le quartier général du président élu monsieur Ouattara et contre des habitations civiles.

Suivant la décision du SGNU, deux hélicoptères MI 24 de l'ONUCI ont été engagés en fin d'après-midi pour conduire des frappes contre les véhicules blindés et armes lourdes des forces de Gbagbo. Ces hélicoptères ont été immédiatement appuyés par des hélicoptères français, Gazelle et Puma.

Cette action s'est poursuivie une bonne partie de la nuit et a entraîné la destruction d'une dizaine d'armes lourdes et blindés dans l'enceinte de la résidence de Gbagbo, de la présidence et des emprises militaires à partir desquelles ces armes étaient employées contre les habitations alentours.

Dès la fin de la nuit, les forces impartiales, ONUCI et Licorne, tout en maintenant un dispositif de sécurité dans les différents quartiers d'Abidjan, ont mis en place des éléments permettant de contrôler certains axes stratégiques pour empêcher les groupes armés, militaires et miliciens de Gbagbo, de conduire des exactions dans les quartiers environnants.

Deux compagnies, du 12ème régiment de cuirassiers et du 16ème bataillon de chasseurs, de la force Licorne sont engagées avec deux sections du bataillon togolais de l'ONUCI dans le contrôle du boulevard de France.

En fin de matinée, les forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ont commencé leur attaque en direction de la résidence de monsieur Gbagbo. Peu après 15h00, heure de Paris, celui-ci s'est rendu aux FRCI qui l'ont ensuite transporté avec des membres de son entourage à l'hôtel du Golf.

Dans l'après-midi, les forces françaises et les casques bleus ont réorganisé leur dispositif dans Abidjan pour poursuivre les missions de sécurisation dans les quartiers, en soutien des forces ivoiriennes.

Sources : EMA

( 1 Vote ) 

 

 

Entre le jeudi 31 mars 2011 à 06h00 et le jeudi 07 avril 2011 à 06h00, la France a réalisé en près de 900 heures de vol :

- 120 sorties d'appui et d'interdiction aérienne ;

- 24 sorties de reconnaissance ;

- 13 sorties de détection et de contrôle ;

- 22 sorties de ravitaillement en vol et 28 sorties de ravitaillement type « nounou » ;

- 22 sorties de défense aérienne depuis La Sude.

Au cours de ces missions, des frappes ont été menées sur :

- un char à l'ouest de Misratah (01 avril) ;

- cinq véhicules blindés dans la région de Syrte (02 avril) ;

- deux porte-chars dans la région de Ras Lanouf (03 avril) ;

- un véhicule militaire au sud-ouest de Brega (05 avril) ;

- deux sites missiles de défense anti-aérienne, l'un dans le sud de Zlitan et l'autre une centaine de kilomètres au sud de Syrte (06 avril).

Sources : EMA

( 1 Vote ) 

Carnet de guerre en Afghanistan

Pendant près d'un an, la rédaction du Figaro Magazine, et avec l'accord de l'Etat-major des armées (EMA), a suivi le sergent Christophe Tran Van Can, du 21ème Régiment d'Infanterie de Marine (RIMa) de Fréjus.

 

13 septembre 2009. Sénégal: nous apprenons que nous allons partir en Afghanistan.....

15 janvier 2010. Les journalistes.

5 mars. Nouveaux équipements.

10 avril. A Disneyland.

6 mai. Derniers préparatifs.

21 mai. Nous partons.

23 mai. Bagram.Après l'atterrissage, j'étais tout simplement fasciné par le gigantisme américain......

26 mai. Tagab.

27 mai. Première sortie.Réveil à 3 heures. A la sortie de la FOB.......

28 juin. Premier blessé.

2 juillet. Combat.....C'est long, cinquante mètres avec le Ciras (gilet pare-balles) et à découvert......


30 juillet. Je frôle le drame.

18 août. L'épuisement...Je n'écris plus depuis une quinzaine de jours. Plus le temps, trop fatigué......

24 août. L'enfer....Nous savions tous, en quittant Fréjus, que certains d'entre nous ne feraient pas le voyage de retour.....

13 septembre. Infiltration de nuit.

19 septembre. Élections.

25 septembre. Marché de Tagab.

9 octobre. Dans un mois, le départ!

6 novembre. Remise des médailles ISAF.....Je ne suis pas venu ici pour une médaille. Je suis venu parce que j'en ai reçu l'ordre.

10 novembre. Dans l'avion

15 novembre. Fréjus........A peine la voiture de Jenny garée, les filles se sont précipitées vers moi......

L'article du Figaro Ici

le livre ici

 



( 1 Vote ) 

 

Sources : EMA

L'opération a été réalisée par des unités de la force Licorne, notamment des forces spéciales, à la demande de l'ONUCI qui a été sollicitée par les autorités japonaises.

L'ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire s'était retrouvé piégé dans sa résidence avec sept de ses collaborateurs le 6 avril en fin de matinée, après qu'un groupe d'hommes armés a pénétré la résidence et s'est emparé du site après l'avoir pillé.

L'ambassadeur et ses collaborateurs ont réussi à se réfugier dans une pièce sécurisée. Les miliciens ont alors positionné des armes lourdes, mortiers et lance-roquettes, sur le toit de la résidence, à partir duquel ils ont ouvert le feu en direction des autres habitations du quartier, en particulier la résidence de l'ambassadeur de France.

Devant la menace qui pesait sur son ambassadeur, en particulier le risque de glisser vers une situation de prise d'otages, les autorités japonaises ont sollicité l'ONU et l'ONUCI pour intervenir. A son tour, l'ONUCI a sollicité la force Licorne qui dispose de moyens spécialisés pour conduire une opération d'extraction et réduire la menace des armes lourdes des miliciens.

 

Dans la nuit, Licorne a lancé une opération héliportée en direction de la résidence de l'ambassadeur du Japon. L'intervention a permis de libérer sain et sauf l'ambassadeur et ses sept collaborateurs.

A l'arrivée des militaires français à la résidence, il semble que les miliciens aient pris la fuite, mais au cours des phases d'approche et suite au désengagement, les éléments de Licorne et la résidence de l'ambassade de France ont été menacés et pris à partie par des tirs de mitrailleuses lourdes et à partir de véhicules blindés et de pick-up. Les hélicoptères français, en appui de l'opération, ont riposté et neutralisé ces armes lourdes pour protéger les militaires et l'ambassade de France.

L'ambassadeur du Japon et ses collaborateurs ont été amenés au camp militaire de Port-Bouët où ils ont été pris en compte et accueillis par le général Palasset, commandant la force Licorne.


 

( 1 Vote ) 

Point des activités du lundi 04 avril 2011 à 18h00 au mardi 05 avril 2011 à 18h00.

interview du commandant en second de la base de Solenzara

ici

 

Au cours de la soirée du 04 avril, une patrouille Rafale Air, deux patrouilles mixtes Rafale Air et M 2000D soutenues par deux C135 ainsi que deux patrouilles mixtes Rafale Marine / Super-Etendard Modernisés (SEM) soutenues par deux Rafale Marine en version ravitailleur ont effectué des missions d’appui et d’interdiction aérienne. Une patrouille Rafale Marine a également effectué une mission de reconnaissance.

Dans la journée du 05 avril, deux patrouilles mixtes Rafale Air et M 2000D, une patrouille mixte Rafale Marine / SEM et une patrouille SEM ont été engagées dans des missions d’appui et d’interdiction aérienne dans les régions de Misratah et Brega. Au cours de l’une de ces missions, une frappe a été réalisée sur un véhicule militaire situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Brega.

Par ailleurs, une patrouille Rafale Marine a également réalisé une mission de reconnaissance. Deux C 135 de l’armée de l’Air, deux Rafale Marine et un SEM gréés en ravitailleur, un E3F et un Hawkeye E2C  ont assuré le soutien et la coordination de ces missions.

Depuis La Sude, trois patrouilles conjointes composées chacune d’un M 2000-5 français et d’un M 2000-5 qatarien ont également réalisé des missions d’interdiction aérienne

Sources : EMA

Lire la suite : L'Harmattan Souffle Encore

( 1 Vote ) 

 

Un site fait par d'anciens militaires pour des anciens militaires

 

 

Vous êtes ou vous avez été au service de la France.

Vous êtes civil et vous partagez nos valeurs.

Inscrivez-vous gratuitement sur Veterans-Jobs-Center.com et profitez des services mis à votre disposition.

ICI

( 1 Vote ) 

 

Côte d'Ivoire : point de situation du 5 avril 2011

 

Au total, depuis le 2 avril, 3 compagnies, du 2e REP, du RMT et du 3e RPIMa, ont été projetées avec des éléments de commandement.

La force Licorne compte à présent environ 1650 militaires.

Lundi 4 avril, en fin de journée, l’ONUCI, avec l’appui de la force Licorne, a engagé une action de force contre des armements lourds qui menacent la population civile.
Cette intervention a été réalisée en application de la résolution 1975 du 30 mars 2011, rappelant le mandat de l’ONUCI « de protéger les civils menacés d’actes de violence (…), y compris pour empêcher l’utilisation d’armes lourdes contre la population civiles ».

Un peu plut tôt, le Secrétaire général de l’ONU avait sollicité le soutien des forces françaises pour conduire ces opérations. Le président de la République a donné son accord, et a autorisé les forces françaises à participer aux opérations de l’ONUCI, en vue de la protection des civils.

En fin de journée, des hélicoptères armés MI-24 de l’ONUCI ont été engagés, immédiatement suivis par l’engagement des hélicoptères français pour traiter des objectifs militaires.


L’engagement des moyens aériens français, armés par le 1er RHC avec des hélicoptères Gazelle, hot et canon, et Puma, a duré une partie de la nuit.
L’action coordonnée des forces impartiales, de l’ONUCI et de Licorne, a notamment permis de neutraliser des armes lourdes : des canons et véhicules blindés équipés de canon ou de lance-roquettes.

Parallèlement, la force Licorne continue de prendre en compte les ressortissants français et étrangers menacés par les pillages.

Le 4 avril, le ministère des affaires étrangères a annoncé l’activation de deux points de regroupement supplémentaires au Nord et au Sud des Ponts pour accueillir les ressortissants, en plus du camp de Port-Bouët. Ces points de regroupement sont sécurisés par des éléments de Licorne tandis que les services consulaires français sont chargés de l’orientation et de l’enregistrement des ressortissants.
Au total, depuis le 31 mars, environ 2 100 ressortissants, dont plus de la moitié sont des ressortissants étrangers, ont été accueillis sur le camp militaire de Port-Bouët. Et environ 440 ont profité des rotations d’avions militaires pour quitter la Côte d’Ivoire, rallier le Togo ou le Sénégal.


La force Licorne poursuit ses patrouilles en zone 4, à Treichville et Marcory, où résident de nombreux ressortissants français et étrangers.

Sources : EMA

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 60 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook