( 1 Vote ) 

images/stories/malle_coloniale/mental_soldier.jpg

Le prince de Galles a averti des dommages psychologiques stockés "vers le haut" parmi les anciens et courants soldats qui ont combattu dans des conflits de l'Irak et de l'Afghanistan: il lance un appel de £30 millions pour de meilleurs services de santé mentale pour les vétérans.

source telegraph

site des dons

 

images/stories/malle_coloniale/soldier.jpg

( 1 Vote ) 

Les témoignages d’une quarantaine de combattants aux motivations variées. Le programme est assez complet : raisons de combattre, méthodes, guerres tribales, relations avec le Pakistan, vision du monde jusqu’au sacrifice.

( entendu sur france inter , a voir sur la toile )

lien doc

Laboratoire du web doc

Graeme Smith a réalisé  « Talking to the Taliban


Obtention de l'histoire

 

images/stories/Glane_sur_le_net/talkingtothetaliban.jpg

KANDAHAR, AFGHANISTAN

22 mars 2008

 

La compréhension des insurgés est une partie de base de reportage sur la guerre afghane, mais c'est remarquablement une tâche difficile. J'ai eu plusieurs réunions avec le Taliban individuel depuis que j'ai commencé à couvrir l'Afghanistan, mais les contacts personnels avec les insurgés se développent plus dangereux parce qu'ils ont commencé à enlever des journalistes.

 

Ainsi nous avons décidé d'essayer un aperçu non scientifique.

 

J'avais travaillé avec un chercheur dans Kandahar depuis septembre de 2006, le rencontrant régulièrement pour de longues sessions de thé et d'entretien. Il est un ami intime des traducteurs de The Globe et de courrier dans la ville. Je l'envoie souvent en voyages d'information aux endroits qui seraient interdits pour quiconque sans raccordements forts à l'insurrection, et au-dessus de beaucoup de mois il a appris des qualifications de base de journalisme. Ce projet a comporté les tâches auxquelles il est déjà fiable prouvé : Trouvez une personne spécifique, dirigez un appareil-photo à elles, posez les questions d'une liste et, le plus provocant, écoutez les réponses et formulez d'autres questions. Il apprend toujours l'art de l'interrogation complémentaire, mais autrement il a semblé être assez discipliné au sujet de se conformer aux règles décrites ci-dessous.

 

Le chercheur taliban a été demandé :

 

Pour trouver de petits groupes de Taliban et essayer de parler avec eux individuellement. Ils n'ont pas besoin de montrer leurs visages ou de donner leurs noms. (La persuasion des insurgés parler seuls a prouvé difficile, et les faisceaux de trois ou quatre entrevues contiennent souvent les réponses qui se font écho, comme apparent taliban attendu pour entendre ce que leurs camarades diraient.)

 

Pour visiter autant de zones comme possible. (Il a visité cinq : Zhari, Panjwai, Maywand, Arghandab et Daman. Accédez à chaque zone a été négocié par lui et un traducteur de globe et de courrier.)

 

Demandez une liste standard de 20 questions, dans le même ordre chaque fois. (Il a en grande partie suivi cette demande, à quelques exceptions : Il s'est parfois senti qu'il serait dangereux de pousser des insurgés pour des réponses au sujet de leur fidélité à Mullah Omar, par exemple.)

 

Essayez d'obtenir assez d'élaboration que l'entrevue dure 10 minutes au minimum. (Ceci amélioré pendant le projet, avec des durées variant de quatre à 15 minutes.)

 

Le travail du chercheur a été dirigé par un traducteur à long terme pour The Globe et le courrier, qui ont observé les vidéos et ont fait les traductions brutes.

 

J'ai fait faire un compte rendu le chercheur pendant qu'il revenait de ses visites aux zones. Un service professionnel a été contracté pour fournir à une transcription in extenso de seconde en anglais, le codage pour des sous-titres, de sorte que nous ayons pu éditer tout le matériel en ligne.

 

Les entrevues ont commencé en août de 2007 et ont fini en novembre. En quelques mois qui ont suivi, les vidéos ont été distribuées en privé parmi des sources Kandahar et à Kaboul pour recueillir des avis au sujet de l'authenticité du matériel et de la réaction aux rapports talibans.

( 1 Vote ) 

Attention La Caisse nationale des allocations familiales vous informe de l’existence de courriers électroniques frauduleux :

 

le site :securite-informatique.gouv.fr/

( 1 Vote ) 

Source RFI

L'armée japonaise s'installe à Djibouti, petit pays stratégique à l'entrée de la mer Rouge qui abrite déjà plusieurs bases étrangères. Le Japon y installera un établissement permanent pour participer à la lutte contre les pirates somaliens. La construction de la base sera terminée au début 2011. C'est la première fois depuis 1945 que le Japon installe une base permanente à l'étranger.

 

Avec notre correspondant à Tokyo, Fréderic Charles

 

Le Japon va installer cette base militaire à Djibouti dans la plus grande discrétion. Le gouvernement japonais ne se livre à aucun commentaire. Il ne veut surtout pas provoquer l’ouverture d’un débat à ce sujet sur une éventuelle violation de sa Constitution pacifique.

« Le Japon participe à la lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden et 90 % de nos exportations empruntent cette route maritime. Plusieurs de nos bateaux ont été attaqués par des pirates, nous avons donc décidé de nous installer à Djibouti pour plusieurs raisons. D’autres armées étrangères : américaine, française sont déjà présentes à Djibouti et ses infrastructures portuaires et aéroportuaires sont excellentes », explique le capitaine de vaisseau Keizo Kitagawa.

Le Japon déploie au large de la Somalie, deux destroyers et plusieurs avions de patrouille. L’armée japonaise aura en permanence 150 personnes à Djibouti, le long d’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde.

Le Japon paiera un loyer à Djibouti pour les 12 hectares alloués. La construction de la base sera terminée au début 2011, pour un montant de 40 millions de dollars. Le Japon a choisi Djibouti après des repérages au Yémen, à Oman et au Kenya.

le_comfor_accueille_le_cema_japonais.jpg

le général Ryoichi Oriki, chef d’état-major des forces d’auto-défense du Japon, a rencontré le général de brigade aérienne Thierry Caspar Fille Lambie, commandant les forces françaises stationnées à Djibouti (COMFOR FFDj).

( 1 Vote ) 

Un gigapixel, c’est un milliard de pixels !

"Paris 26 Gigapixels" est le nom de la plus grande image panoramique créée par assemblage au monde. Elle montre Paris en très haute définition

PARIS 26 GIGAS

Au centre de l'image panoramique qui défile se trouve un petit encart qui vous explique comment naviguer. La navigation est simple et rapide et lorsque vous avez bien repéré comment faire vous fermez cette petite fenêtre.

 

Lorsque vous promenez votre souris sur la vue panoramique qui défile vous obtenez toutes les informations sur l'endroit où vous vous trouvez. Vous pouvez alors cliquer pour agrandir et visiter. Un site remarquable de technologie et de précision de l'image.

 

À droite vous avez une autre petite fenêtre qui vous offre un accès direct sur les 20 plus beaux monuments de Paris avec un zoom direct, sans avoir à les repérer sur le panoramique.

 

Ce site est un projet né en 2009. Deux photographes spécialistes et une entreprise innovante en sont à l'origine. Si vous êtes curieux, vous pouvez tout savoir sur la façon dont ce site a été créé en cliquant sur le lien situé en bas de l'écran dans le pavé de gauche "En savoir plus sur le projet".

 

Le site vous propose même de tenter de faire un panoramique assez semblable avec vos propres photos en essayant le logiciel que les créateurs ont utilisé.

Trouvé sur le journal du net :

( 2 Votes ) 

Idée Indienne

 

Ni tuer Ni blesser !!!

images/stories/malle_coloniale/les indiens pimentent leur armement.jpg

( 2 Votes ) 

Face BOOK  ............... attention danger !!!!

il n y a pas que moi qui le pense Sourire

images/stories/malle_coloniale/Clipboard01.jpg

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

( 2 Votes ) 

Les journalistes utilisent de plus en plus les blogs de militaires en opérations pour se renseigner sur les conflits

et oui cela commence toujours par nos amis américains

source http://www.01net.com

Clipboard01.jpg

Cliquez sur l image pour l agrandir

Outre l'aspect personnel, les milblogs représentent également une source directe d'informations sur les opérations en Irak ou en Afghanistan pour les médias, qui sont moins présents sur le théâtre des opérations. D'après le magazine  Editor and Publisher,  600 journalistes étaient enrôlés dans l'armée en Irak  en mars 2003. Ils ne seraient plus qu'une douzaine à présent.

(1) Les milblogs sont recensés sur Milblogging.com.

( 1 Vote ) 

Afghanistan :

Channel 4
Troupes britanniques durant l'offensive de Marjah (opération "Moshtarak")

Lire La Vidéo

 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 49 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook