( 1 Vote ) 

 

Côte d'Ivoire : point de situation du 5 avril 2011

 

Au total, depuis le 2 avril, 3 compagnies, du 2e REP, du RMT et du 3e RPIMa, ont été projetées avec des éléments de commandement.

La force Licorne compte à présent environ 1650 militaires.

Lundi 4 avril, en fin de journée, l’ONUCI, avec l’appui de la force Licorne, a engagé une action de force contre des armements lourds qui menacent la population civile.
Cette intervention a été réalisée en application de la résolution 1975 du 30 mars 2011, rappelant le mandat de l’ONUCI « de protéger les civils menacés d’actes de violence (…), y compris pour empêcher l’utilisation d’armes lourdes contre la population civiles ».

Un peu plut tôt, le Secrétaire général de l’ONU avait sollicité le soutien des forces françaises pour conduire ces opérations. Le président de la République a donné son accord, et a autorisé les forces françaises à participer aux opérations de l’ONUCI, en vue de la protection des civils.

En fin de journée, des hélicoptères armés MI-24 de l’ONUCI ont été engagés, immédiatement suivis par l’engagement des hélicoptères français pour traiter des objectifs militaires.


L’engagement des moyens aériens français, armés par le 1er RHC avec des hélicoptères Gazelle, hot et canon, et Puma, a duré une partie de la nuit.
L’action coordonnée des forces impartiales, de l’ONUCI et de Licorne, a notamment permis de neutraliser des armes lourdes : des canons et véhicules blindés équipés de canon ou de lance-roquettes.

Parallèlement, la force Licorne continue de prendre en compte les ressortissants français et étrangers menacés par les pillages.

Le 4 avril, le ministère des affaires étrangères a annoncé l’activation de deux points de regroupement supplémentaires au Nord et au Sud des Ponts pour accueillir les ressortissants, en plus du camp de Port-Bouët. Ces points de regroupement sont sécurisés par des éléments de Licorne tandis que les services consulaires français sont chargés de l’orientation et de l’enregistrement des ressortissants.
Au total, depuis le 31 mars, environ 2 100 ressortissants, dont plus de la moitié sont des ressortissants étrangers, ont été accueillis sur le camp militaire de Port-Bouët. Et environ 440 ont profité des rotations d’avions militaires pour quitter la Côte d’Ivoire, rallier le Togo ou le Sénégal.


La force Licorne poursuit ses patrouilles en zone 4, à Treichville et Marcory, où résident de nombreux ressortissants français et étrangers.

Sources : EMA

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 30 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook