( 1 Vote ) 

source: Service de santé des armées

AT2311

L'appartement créé en 2010 au sein du service de médecine physique et de réadaptation de l'hôpital Percy est un lieu original. Il a été pensé et entièrement équipé pour à la fois ressembler à un logement ordinaire et accueillir des personnes lourdement handicapées. Cet appartement d'une trentaine de mètres carrés est un outil précieux de rééducation et de réinsertion pour les patients d'un service qui soigne 60 % de blessés militaires.

appartement-therapeutique-hopital-percy-1

Cet espace quasi unique en région parisienne a été financé par l'association Les Gueules Cassées. « Il permet de placer dans un lieu de vie les patients en situation de handicap - notamment les blessés de guerre - afin d'évaluer leur autonomie et de mieux préparer le retour à leur domicile », explique le médecin en chef Lapeyre.

Se déplacer, faire sa toilette, s'habiller, s'alimenter. Le handicap rend les gestes de la vie quotidienne compliqués, voire impossibles. Une rééducation est nécessaire pour réinsérer le blessé dans le monde du travail et dans sa vie familiale. « L'appartement est un outil intégré au processus de réadaptation. Il ne doit pas arriver trop tôt, mais au terme d'une démarche psychologique qui permettra aux patients d'accepter d'utiliser tel ou tel équipement », explique Claire Corvée, l'une des trois ergothérapeutes du service.

appartement-therapeutique-hopital-percy-2

L'appartement thérapeutique accueille les patients hospitalisés dans le service de MPR pour des séances d'une à trois heures effectuées avec une ergothérapeute. Celle-ci évalue en situation réelle les difficultés fonctionnelles et cognitives des patients et les aident à compenser leur handicap ou à s'économiser. Les exercices améliorent la mobilité, la préhension, la vigilance, la mémorisation...

Lorsque le temps de la sortie approche pour un week-end, ou définitivement, le patient peut vivre de manière autonome durant plusieurs jours dans cet environnement pour tester son autonomie et prendre de l'assurance. Les conjoints y sont alors parfois accueillis. « Cette étape peut être nécessaire pour que la famille prenne conscience des besoins particuliers du patient et accepte l'aménagement du domicile » précise Claire Corvée.

appartement-therapeutique-hopital-percy-3

Chaque expérience réalisée par les patients dans l'appartement les aide, avec l'avis spécialisé de l'ergothérapeute, à faire les choix architecturaux et techniques pour l'aménagement de leur futur lieu de vie. L'assistante sociale de l'hôpital les accompagne dans les démarches pour obtenir le financement du matériel et des travaux nécessaires.

appartement-therapeutique-hopital-percy-4

Des établissements hospitaliers extérieurs au Service de santé des armées se sont montrés intéressés par cet appartement complet et envisagent d'y réaliser des bilans avec leurs patients. Quant au médecin en chef Lapeyre, il espère pouvoir généraliser dans les chambres du service de MPR l'installation de la domotique qui contribue si bien à réduire les conséquences du handicap.

amdecinmil

Des établissements hospitaliers extérieurs au Service de santé des armées se sont montrés intéressés par cet appartement complet et envisagent d’y réaliser des bilans avec leurs patients. Quant au médecin en chef Lapeyre, il espère pouvoir généraliser dans les chambres du service de MPR l’installation de la domotique qui contribue si bien à réduire les conséquences du handicap.
( 2 Votes ) 

 

source defense.gouv

Une femme commando égale à ses pairs masculins

«Elle», c'est la caporal-chef Christelle Salabert-Catala, la première et unique femme à avoir terminé et réussi le stage commando spécialisé de Mont-Louis, qui s'est déroulé du 14 novembre au 14 décembre 2010. Un sésame jusque-là réservé aux hommes des meilleures unités des forces spéciales et des groupes commandos conventionnels de l'armée de terre et de l'air.

ccfChristelleSalabertCatala

Parmi les épreuves, le parcours nautique, éprouvant et éliminatoire

La jeune femme de 28 ans, originaire de Toulouse, avait déjà à son compte un palmarès impressionnant. Entrée dans l'armée de l'air en 2003, elle est devenue fusilier commando au sein de l'escadron de protection de la base aérienne de Villacoublay. En 2007, elle devient le premier moniteur féminin d'autodéfense, ce qui lui vaut, deux ans plus tard, de devenir le garde du corps d'un colonel au Tchad, pendant quatre mois. «Une belle expérience humaine », qualifie-t-elle modestement cette période avec un petit accent imbibé de soleil. Elle intègre ensuite le CPA 20, une unité d'exception ne recrutant que les meilleurs commandos pour des missions de patrouilles extérieures, de guidage et de récupération de personnel isolé en terrain hostile.

Pour tenir mentalement, les encouragements des camarades aident beaucoup

Ce parcours déjà bien étoffé ne lui a pourtant pas suffi. Elle en veut, et elle en veut toujours plus. «Elle veut absolument réussir dans un milieu d'hommes, où elle doit de toutes façons sans arrêt faire ses preuves , explique l'adjudant-chef Simonnet. Sa qualité principale est sa volonté de fer ». Une volonté qui lui permet de résister à un rythme soutenu. Démonstration.

ccsalbertchristelle

Premier jalon, la préparation au stage commando spécialisé de deux semaines à Dijon, supervisée notamment par l'adjudant-chef. Au programme, un panel d'activités éprouvantes: du maniement d'explosifs aux mises en situations (missions de destruction d'un site pour obtenir du renseignement ou pour libérer des otages, embuscades...), en passant par des activités nautiques (kayak de mer, palme, saut d'une vedette en marche harnaché de matériel) et par de la piste d'audace (succession d'obstacles à 70 mètres au-dessus des rochers), sans oublier les marches de nuit et le corps à corps C4, une technique d'autodéfense particulière avec sac à dos et port d'armes! Pour couronner le tout, les stagiaires ne dorment que deux à trois heures par nuit et à la belle étoile! Au final, un bon cocktail de stress, de froid et de fatigue. Sur les 35 commandos volontaires, seuls six sont sélectionnés. Dont la jeune femme, qui enchaîne immédiatement le prochain jalon: le stage commando spécialisé de Mont-Louis.

«Avant de partir, j’ai écouté les autres commandos parler de leur propre expérience , explique-t-elle. On s’attend à l’insurmontable. Et en effet, c’est très dur physiquement et moralement ». Une difficulté pas adoucie par le fait qu’elle soit une fille! Christelle Salabert-Catala n’a bénéficié d’aucune différence de traitement par rapport à ses collègues masculins. «Les autres commandos étaient étonnés de voir une fille faire le stage, mais je n’ai pas fait de chichis, et du moment où je faisais mes preuves, j’étais «leur pote» », relate-t-elle. La jeune femme se paye même le luxe de récolter, sans le savoir, les compliments. L’adjudant-chef Simonnet raconte comment les cadres de Mont-Louis ont été impressionnés par sa bonne composition: malgré la difficulté de ces deux semaines, elle conservait toujours le sourire.

Le sourire malgré le parcours «puissance», éliminatoire, et son alternance entre course, flexions, abdominaux, tractions, pompes et sprint. Le sourire toujours malgré l’épreuve de montée de corde à la seule force des bras. Le sourire encore malgré le parcours nautique avec port d’arme, en treillis et rangers (parcours d’obstacles, nage, tyrolienne…) dans une eau à 10° maximum. Et le sourire, surtout, quand il s’agit de manger une sardine crue en commençant par la tête, puis les yeux, les viscères et enfin les écailles. «C’est infect et ça n’a rien à voir avec une dégustation de sushis dans un bon restaurant japonais! », frissonne-t-elle. Peu importe! Au bout du compte, son obstination et sa force de caractère ont eu raison de l’adversité. Elle a terminé le stage 6ème sur les onze participants et raflé le brevet de commando spécialisé. «Le stage de Mont-Louis m’a permis de constater jusqu’où je pouvais aller , souligne-t-elle. Il m’a permis de repousser mes limites, de me surpasser, d’aller au bout de moi-même ». Surtout, il lui a fait gagner une légitimité auprès de son unité, une reconnaissance de son mérite. Et ce n’est pas rien. Parmi les quelque 200 aviateurs qui composent le CPA 20, une quinzaine d’entre eux seulement détiennent ce brevet.

Mais la caporal-chef Salabert-Catala, infatigable, regarde déjà en direction de la prochaine étape: le stage Attila, qui aura lieu du 28 février au 13 juillet 2011. Si elle le termine, elle sera, là aussi, la première femme à le réussir. L’enjeu? La possibilité ensuite d’élargir son expérience à l’Afghanistan: intégrer des groupes de commandos spécialisés pour constituer des patrouilles à l’extérieur des bases dans un rayon de 30 kilomètres.

La jeune femme se prépare, elle tient son prochain objectif. Femme à suivre...

Texte: ltt Virginie Gradella

 

( 1 Vote ) 

 

military_women_norvege

Garde royale norvégienne
attention , la classe et le drill

 

 

C'est majestueux !

noway

et oui le pingouin aussi

norway-women-military


( 1 Vote ) 

 

Patriotisme Canadien

Le 24 août 2007, le Ministère des transports de l'Ontario annonça qu'une section de la 401, entre la Don Valley Parkway à Toronto et la base aérienne de Trenton sera renommée Highway of Heroes, en addition de son appellation actuelle. Cette section est fréquemment utilisée par les convois funéraires qui transportent les dépouilles des soldats canadiens morts en Afghanistan de la base aérienne de Trenton vers les bureaux du coroner à Toronto. Depuis 2002, alors que le premier soldat canadien tombé au combat était rapatrié d'Afghanistan, des foules se massent sur les viaducs pour payer leurs respects alors que le convoi funéraire passe.



le pps : ici

( 2 Votes ) 

source : le monde

Nathalie Guibert

7 décembre 2010

bleesfemme

Une étrange loi de la guerre vaut dans toutes les armées. Pour un mort, il faut compter cinq soldats atteints de blessures physiques graves. En Afghanistan, depuis 2001, la France déplore cinquante morts, et dénombre deux cent cinquante mutilés. D’eux, pourtant, on ne parle pas.

« Jusqu’il y a peu, les structures de l’Etat avaient oublié ce qu’étaient les pertes militaires, explique l’amiral Jacques Lanxade, président de Solidarité défense, une des principales associations d’entraide. Et depuis la professionnalisation des armées, les militaires se sentent coupés de la société, confrontés à l’indifférence. » « Un soldat blessé passe inaperçu car la société pense : « Il sait ce qu’il a choisi »", ajoute l’amiral.

blees

Pour l’état-major, c’est une préoccupation très récente. Trois événements l’y ont poussé. Le conflit en ex-Yougoslavie, d’abord, où une centaine de soldats ont péri et près de 1 000 ont été touchés. Le bombardement de Bouaké en Côte d’Ivoire, en 2004, qui a fait une centaine de blessés et dix morts d’un coup. Enfin, l’embuscade d’Uzbin en Afghanistan, en août 2008 : dix morts, vingt blessés graves et quarante soldats atteints de troubles psychiatriques. Mais ce sont au total trois cents hommes qui ont été impliqués de près ou de loin dans l’événement, des soignants au gendarme qui a fait les photos médico-légales, notent les médecins.

 

Lire la suite : Pour un mort, il faut compter cinq soldats atteints de blessures physiques graves

( 1 Vote ) 

 

source defense.gouv

Accompagné du général Elrick Irastorza, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le Premier ministre  a rencontrés personnellement les 2 militaires bléssés

et les a remerciés de leur engagement en les assurant du soutien de la Nation.

François Fillon s'est rendu mardi matin en région parisienne au chevet des deux militaires blessés lors de l'opération franco-nigérienne déclenchée à la suite de l'enlèvement des deux otages français vendredi à Niamey, a indiqué Matignon dans un communiqué. L'état de santé du sous-officier et du soldat des forces spéciales, qui sont hospitalisés à Saint-Mandé (Val-de-Marne), "n'inspire heureusement pas d'inquiétude", est-il noté. Le Premier ministre a tenu à les "remercier de leur engagement et les a assurés du soutien de la nation", selon le texte.source afp

( 1 Vote ) 

source:Agence France-Presse Washington

 

 

robert-gates-afghanistan_152

Robert Gates


Les États-Unis ont décidé jeudi d'envoyer 1400 Marines supplémentaires en Afghanistan, qui seront déployés dans le sud du pays dans le cadre de l'offensive contre les talibans pour «consolider les progrès déjà réalisées», avant une réduction programmée des forces américaines.

Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, a «approuvé l'envoi de Marines en renforts dans le sud de l'Afghanistan afin de tirer profit des progrès réalisés et de les consolider, et de mettre l'ennemi sous pression durant la campagne d'hiver», a expliqué le colonel Dave Lapan, un porte-parole du Pentagone.

Selon le Wall Street Journal, qui cite des responsables américains, ces renforts pourraient arriver dès la mi-janvier, avant le printemps qui est propice à la reprise des combats à grande échelle, et seront déployés dans le sud, autour de Kandahar.

Outre les renforts de Marines, l'armée américaine examine la possibilité de renforcer ses troupes sur le front, et le total des renforts pourrait atteindre 3000 hommes si ces plans sont approuvés, selon le quotidien.

patronmarinesus

General James F. Amos patron des Marines

«L'idée est de tirer parti des progrès que nous avons faits sur le terrain au cours des derniers mois et de renforcer notre pression sur l'ennemi au moment où il est déjà sous notre feu», a déclaré au quotidien le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell.

Le président Barack Obama avait indiqué en décembre que le conflit en Afghanistan restait une entreprise «très difficile», mais que les États-Unis étaient sur le bon chemin pour parvenir à leurs objectifs.

M. Obama avait reçu un rapport d'étape sur la nouvelle stratégie qu'il avait annoncée il y a un an, portant le contingent américain en Afghanistan à 100 000 hommes, soit le triple du nombre de soldats se trouvant dans ce pays lorsqu'il avait pris ses fonctions début 2009.

Les renforts de Marines constituent une surprise au vu des préparatifs pour un retrait progressif d'Afghanistan des forces américaines et de leurs alliés qui devrait commencer en juillet.

L'ampleur du début de retrait des forces américaines n'a cependant pas encore été fixée et dépendra «de la situation sur le terrain», a rappelé lundi le général allemand Josef Blotz, porte-parole de la force de l'OTAN en Afghanistan (ISAF).

us-soldiers-afghanistan

La coalition internationale en Afghanistan menée par les États-Unis, forte de quelque 140 000 soldats au total, combat l'insurrection aux côtés des forces afghanes depuis fin 2001 et la chute du régime taliban. La coalition a subi en neuf ans près de 2300 morts, dont environ les deux tiers sont américains.

Selon le site indépendant icasualties.org, les opérations en Afghanistan ont coûté la vie 711 soldats étrangers en 2010, année de loin la plus meurtrière pour les forces de la coalition.

Ces pertes «ne sont pas une preuve d'un quelconque échec de notre stratégie, au contraire», a affirmé le général Blotz.

Le renforcement de l'Isaf, décidé fin 2009, a permis «de mettre en difficultés les talibans et les réseaux insurgés dans des zones où il n'avaient pas été mis en difficultés depuis plusieurs années», a-t-il ajouté en faisant référence à leurs fiefs traditionnels du sud afghan.

«Cela a abouti à une hausse de la violence et nous nous y attendions. Mais visiblement c'est une étape nécessaire dans la stratégie d'ensemble et avant que ça ne s'améliore, malheureusement cela doit empirer», a-t-il dit.

genralblotz

Brigadier- General Josef Blotz

( 1 Vote ) 

 

 Noel 2010 en Afghanistan pour l 'Isaf

 

( 1 Vote ) 

 

 

 

La chancelière allemande Angela Merkel a pour la première fois qualifié de "guerre" les combats en Afghanistan, où elle est arrivée samedi pour rencontrer les soldats allemands à la veille des fêtes de Noël.

77682055

Après une visite aux troupes à Kunduz, Mme Merkel s'est rendue à Mazar-i-Sharif, également dans le nord du pays, pour y rencontrer le président afghan Hamid Karzaï et le commandant américain des forces internationales, le général David Petraeus.

"Ce que nous avons ici ce n'est pas juste une situation analogue à la guerre; mais vous êtes impliqués dans des combats, comme ceux d'une guerre", a affirmé Mme Merkel dans un discours aux soldats à Kunduz.

"Il s'agit là d'une expérience tout à fait nouvelle", a-t-elle ajouté dans des propos rapportés par des journalistes de pool l'accompagnant.

"Nous avons déjà entendu de telles choses de la bouche de nos parents parlant de la Seconde guerre mondiale, mais il s'agissait d'une autre situation lorsque l'Allemagne était alors l'agresseur", a-t-elle ajouté.

image-153349-galleryV9-dysl

La chancelière, dont la visite n'avait pas été annoncée pour des raisons de sécurité, a également remercié les soldats pour leur dévouement.

Il s'agit de la troisième visite de Mme Merkel en Afghanistan depuis sa venue à la chancellerie en 2005.

"L'engagement militaire dans l'Hindu Kush sert également la sécurité de l'Allemagne. Sans cela nous ne pourrions pas vivre aussi tranquilles et il faut que cela soit dit aux gens", a affirmé la chancelière.

"Les gens voient cette opération parfois avec scepticisme, mais malgré tout ils sont fiers de vous", a-t-elle ajouté à l'adresse des militaires.

Mme Merkel était notamment accompagnée du ministre de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg qui s'était déjà rendu en Afghanistan, avec son épouse, le week-end dernier, et du chef d'état-major Volker Wieker.

Au cours de leur entrevue, le président Karzaï a fait part à la chancelière du "bon déroulement du processus de transfert des responsabilités et de renforcement des capacités des institutions de sécurité afghanes et de l'amélioration de la situation en matière de sécurité", selon un communiqué de la présidence afghane.

image-42965-galleryV9-stje

Peu avant cette rencontre, Mme Merkel avait estimé devant des journalistes l'accompagnant que les progrès en matière de lutte contre la corruption en Afghanistan, "n'étaient pas encore à la mesure de ce que nous aimerions voir".

Un porte-parole de la Bundeswehr a par ailleurs annoncé samedi la mort d'un soldat allemand de 21 ans, des suites d'une blessure par balle vendredi à son poste de garde. Selon le porte-parole, il s'agirait d'un accident.

Mme Merkel et les militaires ont observé une minute de silence à la mémoire des 45 soldats allemands qui ont perdu la vie en Afghanistan depuis le début de cette mission qui reste hautement impopulaire en Allemagne.

image-162769-galleryV9-rqen

Jeudi, le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle avait annoncé que Berlin voulait avoir retiré toutes ses troupes d'Afghanistan en 2014 conformément à l'engagement des pays de l'Otan.

"En 2014, nous voulons remettre aux Afghans la responsabilité de la sécurité", avait déclaré le ministre devant les députés du Bundestag.

"Ensuite, il ne devra plus y avoir de troupes de combat allemandes déployées dans l'Hindu Kush", avait-il ajouté.

image-43637-galleryV9-okld

( 1 Vote ) 

 

 

Source :défense.gouv

cemat1312

 

Le Général Irastorza s’est entretenu avec ces 3 soldats blessés en Afghanistan à sa résidence aux Invalides .

 

Deux chèques ont été remis à l’association Terre fraternité pour soutenir ses actions et celles de la CABAT en faveur des blessés. L’un provenait de dons des engagés volontaires de l’armée de Terre (EVAT). L’autre était le fruit de la vente d’autocollants par l’association de militaires et anciens militaires motards Brothers in arms.

Désormais, le CEMAT organisera deux rendez-vous annuels, en décembre et pour le 14 Juillet, pour remercier les donateurs.

cabat00

 

 

 

 

( 1 Vote ) 

 

 

 

Alain Juppé, s'est fait présenter mercredi les nouveaux matériels de l'armée de terre et la préparation des troupes avant leur départ pour l'Afghanistan, lors de sa première visite aux forces armées, au camp militaire de Canjuers, dans le Var.

 

juppe

C'est une stratégie "qui prendra du temps", a prévenu Alain Juppé, soulignant que "l'Alliance atlantique a(vait) dit qu'au-delà de 2014 un partenariat de longue durée, qui ne sera plus un partenariat au combat, mais un partenariat pour la stabilisation et le développement de l'Afghanistan, sera nécessaire".

"C'est aussi une forme de formation pour moi, pour préparer le déplacement que je ferai en Afghanistan dans les semaines qui viennent", a souligné Alain Juppé, sans donner de date précise.

source : La Croix magazine

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 32 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook