( 1 Vote ) 

Conditions du retrait de nos forces d'Afghanistan


*l'ASAF rappelle les annonces faites et les décisions prises récemment sur les conditions du retrait des forces françaises d'Afghanistan* .

Des propos flous et évolutifs

1- Dans le 59 ème des 60 engagements pour la France du projet de François Hollande, on peut lire :

« J'engagerai un retrait immédiat de nos troupes d'Afghanistan : il n'y aura plus de troupes françaises dans ce pays à la fin de l'année 2012. »

2- Dans son discours du 11 mars, il déclarait :

« ...En Afghanistan, la situation reste grave et confuse. »

« ...J'ai annoncé qu'au lendemain du 6 mai, si les Français m'en donnent mandat, la France engagera le retrait de ses troupes combattantes d'Afghanistan. C'est la conclusion logique de l'analyse de la situation, dix ans après le début des opérations. »

« ...Nous accélérerons dans les meilleures conditions de sécurité le retrait de nos forces combattantes pour que, fin 2012, nos soldats soient rentrés.

Nous agirons en concertation - et c'est légitime - avec nos alliés. Nous n'imposerons pas notre rythme à d'autres, mais nous agirons en toute indépendance. »

3- Lors de sa conférence de presse du 30 mai 2012, Monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense déclarait notamment :

 

Lire la suite : Conditions du retrait de nos forces d'Afghanistan

( 2 Votes ) 

 

« Les maux de la guerre existeront toujours tant que la nature humaine sera la même. » Thucydide

 

La guerre n'a plus d'avenir !

L'éloignement des opérations extérieures et du spectre des combats aux frontières a pu le laisser penser, contribuant ainsi à écarter l'idée de danger de l'esprit de nos concitoyens.

Pourtant, force est d'admettre que le recours aux armées demeure une réalité. La situation géopolitique mondiale de ce début de XXIe siècle le confirme.2011 a ainsi été pour les armées françaises une année de fort engagement en opérations extérieures comme sur le territoire national :Afghanistan, Côte d'Ivoire, Liban, Libye mais aussi Draguignan, Paris,Lyon, Marseille...À chaque fois, nos armées, conjonction indissociable de force et de puissance, ont su répondre aux sollicitations de la République.L'outil militaire, notamment ses forces terrestres, a donc une nécessité qu'il revient aux militaires d'expliquer et de préparer, dans la ligne des orientations données par les dirigeants politiques.C'est en ce sens et à l'heure même où s'opposent contraintes sur les finances publiques et incertitudes géopolitiques que l'armée de Terre

la suite ici

( 1 Vote ) 

En souvenirs de tous ceux  qui ont défendus nos libertés

 

LA_RESISTANCE_FRANCAISE.pps ICI

( 1 Vote ) 

Le 13 mars 2012, madame COHN, grande résistante et « espionne » derrière les lignes allemandes est venu tenir une conférence, particulièrement passionnante et émouvante, sur ses activités durant la seconde Guerre mondiale.

images/stories/cohenconference01.jpg

Gloire et RESPECT à vous Madame !

Quelle magnifique leçon d'héroïsme et de courage au service de la France !

images/stories/cohenconference.jpg

( 1 Vote ) 

 

Les « bonnes blagues mili » ! :

- « Bon appétit sauf à un et y's connaît ».

- « Tu peux te lever quand je te parle. Ah pardon j'avais pas vu que t'étais déjà debout ».

- « Tu peux enlever ton ANP. Ah pardon j'avais pas vu que c'était ta gueule normale ».

« Médecin militaire : pas vraiment médecin, pas vraiment militaire » valable également pour les informaticiens.

- « L'armée de l'air : des militaires non pratiquants ! ».

 

Lire la suite : Les « bonnes blagues mili » Suite

( 1 Vote ) 

 

19 mars 1962, la grande imposture

Frédéric Pons le jeudi, 15/03/2012 dans Dossier d'actualité

Pieds-noirs et monde combattant s'indignent de la commémoration du cessez-le-feu du 19 mars 1962. Nicolas Sarkozy, François Hollande et Marine Le Pen sont attendus sur ce dossier sensible.

La communauté rapatriée et les Français musulmans restés fidèles à la France en 1962 attendent de Nicolas Sarkozy qu'il tienne ses promesses faites le 31 mars 2007 : « Si je suis élu président de la République, je veux reconnaître la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis et d'autres milliers de "musulmans "

la suite ici

( 5 Votes ) 

 

Les souvenirs remontent « à la surface », non ?????

« Les expressions » (et leurs « équivalences » !!!).

« Chui pas un lapin d'six semaines » : je ne suis pas disposé à avaler des couleuvres ! Variante : « tu me prends pour un jambon ? ».

« C'est la fête du slip » = quel laisser-aller ! Variante : « c'est la fête à neuneu » !

« Si t'as une couille qui explose, t'as plus de mains » = enlève tes mains des poches !

« Chui pas équipé pour » : je préfère être confiné à des tâches manuelles !

 

Lire la suite : « Les expressions » (et leurs « équivalences » !!!).

( 1 Vote ) 

 

Cédric Moryoussef a servi un an en Afghanistan. Cet ancien sous-officier du 3e RIMa de Vannes chante désormais pour les blessés de l'armée de terre. Il revient sur son engagement afghan et l'actualité récente de ce conflit.

 

Cédric Moryoussef est un ancien infirmier, sous-officier de l'armée de terre. Il a notamment servi au 3è RIMa de Vannes et passé un an en Afghanistan comme formateur de l'Armée nationale afghane (Ana). Depuis, il a quitté l'armée et chante dans le groupe "Kilt Brothers". L'ancien sous-officier était présent ce mardi 31 janvier au Quartier Lyautey à Saint-Jacques-de-la-Lande pour la remise d'un chèque de 21 000€. Une somme récoltée pour l'association « Terre fraternité » qui vient en aide aux blessés de l'armée de Terre. Il revient sur son engagement en Afghanistan et sur les récents événements survenus à l'armée française sur ce théâtre.

 

Lire la suite : Il serait honteux de quitter l’Afghanistan" 

( 1 Vote ) 

 

Enlèvement, intervention, assaut, mort !... serait-ce le schéma classique des interventions de nos Forces Spéciales aux dires de certains ? Plongeons-nous dans le contexte de deux situations qui ont agité les médias.

- Mars 2009 : le voilier le Tanit, battant pavillon français, navigue dans le Golf d'Aden au large des côtes somaliennes, secteur formellement déconseillé, avec à son bord 2 couples et un enfant de 3 ans. Tous les conseils et recommandations donnés par la Marine Nationale furent ignorés sciemment par l'équipage et, pour reprendre les propres mots du "capitaine" : Nous sommes en plein dans la zone à risque pour le piratage, cependant rien à signaler". "Le danger existe, et il s'est sans doute accru au fil de ces derniers mois, mais l'océan reste vaste. Les pirates ne doivent pas anéantir notre rêve".

Arriva ce qui devait arriver, des pirates somaliens arraisonnent l'embarcation et prennent les occupants en otages. S'ensuivent des négociations avec les autorités françaises qui hélas, malgré les propositions les plus diverses faites par l'Armée (échanger les femmes et l'enfant contre des officiers, contre de l'argent...) ne débouchent sur rien.

 

Lire la suite : Forces Spéciales… « La  Polémique » !

( 1 Vote ) 

 

Il sait qu'elles n'intéressent personne, ni ses amis, encore moins l'opinion publique. Tout juste sa famille proche se rendra-t-elle compte des errements de son état d'esprit. Et quand, accoudés comme toi au comptoir autour d'une bière, tes potes veulent savoir "combien t'en as dézingué"

 

 

Vous n'en entendiez plus parler de peur de plomber les programmes télévisés, les images s'étaient faites rares, voire inexistantes, ou alors, c'étaient toujours les mêmes, maintes fois revues, de soldats caparaçonnés traversant hauts plateaux et villages couleur sable sous les regards méfiants d'hommes aux faciès burinés; les commentateurs avaient déserté les plateaux, sitôt remplacés par les "usual suspects" commentant en boucle les petites phrases de la campagne, et pourtant, la guerre qui secoue l'Afghanistan, et à laquelle la France participe activement depuis une décennie, continue. Les quatre morts français de vendredi matin, des soldats désarmés tués par un homme portant uniforme afghan à l'intérieur d'une base dans la région de Kapisa, nous l'ont cruellement rappelé, dans une indifférence médiatique quasi-générale.

Anne Nivat, grand reporter indépendant

la suite :ici

 

AFGHANISTAN – Entre soldats afghans et étrangers : une haine croissante

Par haine, pour l'honneur, par idéologie ou règlement de comptes personnel, un nombre croissant de soldats et de policiers afghans retournent leurs armes contre les militaires étrangers de l'OTAN qui se battent à leurs côtés. L'armée française en a fait pour la seconde fois l'expérience vendredi, avec le meurtre de quatre militaires par un soldat de l'armée nationale afghane. Le 29 décembre, déjà, une fusillade similaire avait coûté la vie à deux légionnaires français. 


Les forces américaines ont connu de telles fusillades depuis 2007 au moins, selon un rapport interne de l'ISAF (Ces tirs fratricides-assassins ne sont plus isolés, ils reflètent une menace croissante systémique. Ils provoquent également une crise de confiance entre les formateurs Occidentaux et les membres de L'Ana), dont le contenu a été rendu public en juin 2011 et que le New York Times reprend vendredi. La multiplication de ces incidents révèle une animosité croissante entre les forces étrangères et les Afghans qu'ils sont censés former, afin de mettre un terme à leurs propres missions de combat d'ici à la fin 2014.

En dix ans de guerre, cette animosité s'est trop profondément installée pour être mise exclusivement sur le compte des infiltrations d'insurgés dans les forces afghanes, selon ce rapport.

"Il est clair que les altercations meurtrières ne sont ni rares ni isolées ; elles reflètent une menace en hausse rapide et systématique (dont l'ampleur pourrait être sans précédent entre 'alliés' dans l'histoire militaire moderne)", écrit son auteur, qui précise que les déclarations contraires de l'OTAN "semblent peu sincères, sinon intellectuellement profondément malhonnêtes".

Toujours selon ce rapport, entre mai 2007 et mai 2011, au moins cinquante-huit soldats de l'OTAN ont été tués dans vingt-six attaques, par des soldats et des policiers afghans. La plupart de ces attaques ont eu lieu depuis octobre 2009. Sur la période entière, elles ont causé 6 % des pertes de l'OTAN dans des opérations de combat.

 

Lire la suite : ANA ..Ami ou Ennemi ?

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 55 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook