LES « TIRAILLEURS MAROCAINS,ALGERIENS ET TUNISIENS »

DANS LES COMBATS POUR LA LIBERATION DE LA FRANCE.

Nota du président : à l’occasion du 70ème anniversaire de la Campagne de France, il me semblait judicieux et essentiel de procéder à  ce « petit rappel historique ».

images/stories/70e.jpg

Au cœur des victoires remportées par l’Armée française lors des combats qui, de 1942 à 1945, ont conduit à la libération de la France, les Marocains, les Algériens et les Tunisiens ont apporté une large contribution.

L’Armée d’Afrique constitue un apport déterminant à l’armée française, qui, de la Tunisie en 1942 aux confins de l’Allemagne en 1945, participe à toutes les opérations conduisant à la libération du pays. Aux côtés des Goumiers, les Tirailleurs marocains, algériens et tunisiens sont à la pointe des combats, se couvrant de gloire, habitude prise depuis leur création au XIXème siècle.

La campagne de 1939-1940 contre l’Allemagne et l’Italie s’achève le 22 juin 1940 par l’humiliant rendrez-vous imposé par Hitler dans la clairière de  Compiègne. La France semble atteinte à jamais, comme elle le fut en 1415 après la défaite d’Azincourt. Comme souvent dans une pareille situation, deux solutions s’offrent aux Français. D’une part, celle du maréchal Pétain qui est le choix de l’Armée d’Afrique sur son territoire en dissimulant aux commissions d’armistice allemandes et italiennes, sous l’impulsion du général Weygand, un grand nombre d’armes et d’hommes. D’autre part, celle du général de Gaulle qui choisit de ne pas attendre et de maintenir la France dans la guerre. Malgré une tentative à Dakar en 1940, il ne peut rallier cette Armée d’Afrique.

Pendant que la politique de collaboration se confirme dans l’hexagone après l’entrevue de Montoire, les Français Libres, en Afrique, enregistrent les premiers succès notamment à Koufra sous le commandement du général Leclerc et à Bir Hakeim sous celui du général Koenig. Après le débarquement anglo-américain à Alger le 8 novembre 1942 et les combats qui suivent, les Tirailleurs nord-africains entrent enfin dans la composition des grandes unités constituant le renfort tant espéré.

La campagne de Tunisie.

C’est avec les équipements de 1940 que commence la campagne de Tunisie en ce mois de novembre 1942. Les français ont pris position sur la « Grande Dorsale » avec leurs régiments de Tirailleurs tandis que les anglo-américains tiennent les vallées avec leurs blindés. Les Tirailleurs sont en effet de redoutables montagnards et les « musulmans », comme les appellent les français d’Algérie et de métropole, forment 50% de l’effectif des régiments de l’Armée d’Afrique. Jusqu’au 7 janvier 1943, l’armée française contient quasi seule la pression des forces italiennes et allemandes débarquées en Tunisie. Le 19 novembre, les hostilités sont franchement engagées et la division de Constantine du général Welwert bloque la progression ennemie à Medjez-el-Bab et le 21 à Sidi-N’Sir. Sous la protection de la Luftwaffe qui conserve la maîtrise du ciel, la 10ème Panzerdivision débarque à Bizerte ainsi qu’une division italienne à Tunis.

Les Alliés sont maintenant en place et « la Grande Dorsale » tunisienne est solidement tenue. Après l’échec d’une tentative britannique, la 10ème Panzerdivision contre-attaque : son offensive est stoppée par les français qui marquent les avants-gardes de Rommel. Les germano-italiens passent à l’offensive et s’emparent du 19 au 23 janvier 1943 des réservoirs de l’Oued-El-Kébir, au sud du Mansour, de Robaa le 26 janvier, du colde Faïd les 30 et 31 janvier, puis du djebel Mansour les jours suivants : les Alliés sont mis en difficulté. A l’attaque en force de Rommel à Kasserine, les américains sont bousculés et perdent 150 chars et 2000 prisonniers. Les régiments nord-africains pour leur part s’accrochent à leurs montagnes. Leur opiniâtreté et leur acharnement à bloquer l’ennemi sur les cols provoquent l’échec de Rommel pourtant en passe de remporter une victoire décisive sur ce front allié enfoncé. La maîtrise de l’air abandonnant les forces de l’Axe, le cours de bataille change.

Les Alliés passent à l’attaque. Le 26 mars El Hamma tombe, le 27 la ligne Mareth est enlevée, le 28 Gabès est libérée. Ainsi, ce sont les Tirailleurs des 1er, 2ème, 7ème et 9ème régiments et les Zouaves du 3ème régiment et les Goumiers des généraux Welwert (division de Constantine), Conne (division d’Oran) et Mathenet (division du Maroc) qui reconquièrent sur 50 kilomètres d’étendue, la dorsale orientale entre le « Mausolée », à l’ouest de Robaa et le djebel Ousselat. Les Tabors des colonels Leblanc et de Lathour s’y distinguent particulièrement et les Spahis trouvent l’occasion de charger sabre au clair. La situation s’améliore largement pour les Alliés qui entament leur manœuvre finale du 5 au 13 mai 1943. L’Axe est définitivement chassé d’Afrique du Nord ; les Tirailleurs, comme il fallait s’y attendre, ont donné la mesure de leur capacité.

La campagne d’Italie.

C’est à Naples que débarque fin 1943, sous les ordres du général Juin, le Corps expéditionnaire français (CEF) en Italie. Les alliés ne sont guère impressionnés par leur arrivée. Le général Juin n’est pas accueilli à se descente d’avion et le CEF est aussitôt intégré à la 5ème armée américaine du général Clark, d’un grade d’ailleurs inférieur à celui du général Juin.

Ce dernier ne s’en offusque pas, il sait que c’est au combat que ses 100 000 hommes feront leurs preuves. Ce sera rapidement chose faite, compte tenu de la qualité des troupes, surtout des Nord-Africains, dans leur élément, et de l’état d’esprit qui règne au sein du CEF, comme l’écrira René Chambre : « un même désir passionné de délivrer le sol de la patrie, mais en même temps, de racheter la France de sa chute, de la purifier, de relever son prestige aux yeux de l’étranger ».

Viennent très rapidement les premières attaques victorieuses où l’Armée d’Afrique, malgré le froid et la neige des Abruzzes, se distingue par son ardeur manœuvrière à Colle la Bastia et à la Mainarde. Puis en janvier 1944, c’est la victoire du Belvédère où le 4ème régiment de Tirailleurs tunisiens fait des prodiges. Convaincus, les Alliés acceptent le plan Juin qui consiste à attaquer au sud de Monte Cassino dans la boucle du Garigliano, afin de s’emparer des monts Aurunci et en particulier du mont Majo. Seule la rusticité montagnarde de ses troupes lui permet  de les engager dans les secteurs les plus difficilement accessibles du front avec une logistique qui abandonne les roues au profit du sabot des mules.

Le 11 mai 1944, à 23 heures, des milliers de canons alliés ouvrent la route aux français survoltés par le souffle de la victoire qui plane sur le champ de bataille. Les jours suivants, les français se révèlent irrésistibles et les marocains plantent un immense drapeau tricolore, qui s’aperçoit à des kilomètres à la ronde, sur le sommet du Majo.

L’armée française est victorieuse, la route de Rome est ouverte. Au Palais Royal de Rome, Clark s’efface devant Juin en lui disant : « après vous, sans vous nous ne serions pas ici ». L’armée française retrouve sa place dans l’ordre de bataille des Alliés.

La libération de la France.

Pour le général de Gaulle, il est essentiel que le sol national soit libéré en partie par des troupes françaises afin d’effacer le désastre de 1940. Il confie le commandement de la 1ère Armée au général de Lattre de Tassigny qui vient de libérer l’Ile d’Elbe. Cette armée, c’est le CEF en Italie renforcé de la 1ère DB -division blindée- (général Touzet du Vigier-) et de la 5ème DB (général de Vemejoul). On y retrouve les « valeureux » de la 4ème DMM (division marocaine de montagne) qui, avant l’Italie ont libéré la Corse, aux côtés de cette infanterie à base de Tirailleurs marocains, algériens et tunisiens dont ils sont un élément essentiel.

Après une courte période de repos en Afrique du Nord, c’est le débarquement en Provence le 15 août 1944. Précédés par leurs compatriotes au sein des Commandos, les Tirailleurs, appuyés par les Cuirassiers et les Chasseurs d’Afrique, investissent Toulon le 20 août et libèrent Marseille le 27 avec 40 jours d’avance sur les plans d’opérations.

images/stories/2_Guerre_mondi/AFFICHE COLO-DIV.jpg



Poursuivant l’armée allemande dans son repli tout au long du sillon rhodanien, au prix d’âpres combats, ils se heurtent aux forces du Reich qui durcissent leurs positions dans les Vosges. En plein hiver, ce sont les durs combats de Cornimont et de Gérardmer, puis le franchissement de la Schlucht, pour enfin prendre pied dans la plaine d’Alsace : le sang des Tirailleurs laisse sa trace sur la neige du Hohneck pris deux fois par le 4ème régiment de Tirailleurs tunisiens qui se bat farouchement dans ce « Sidi Brahim » des neiges. C’est la lutte pied à pied pour conserver Strasbourg, où s’exprime la ténacité de la 3ème DIA (division d’infanterie algérienne) dans les combats de mi-décembre après que cette ville ait été libérée. Les Tirailleurs accèdent enfin à la Haute Alsace et bordent les rives du Rhin. Cette frontière symbolique est bientôt franchie et les combattants venus du Maghreb entament leur marche victorieuse qui les mènera à Sigmaringen et à Stuttgart, pendant qu’à l’ouest quelques-uns des leurs participent à la réduction des poches de l’Atlantique.

Au prix de plus de 14 000 morts au combat, les Tirailleurs marocains, algériens et tunisiens ont pris une part essentielle à la libération de la France. Ils ont constitué le noyau de l’infanterie de l’Armée d’Afrique et, dans la tradition de leurs pères pendant la Première Guerre Mondiale, ils ont écrits une des plus belles pages de gloire de notre armée. Ainsi que le disait le maréchal Juin : « jamais cohésion n’a été aussi forte entre musulmans et français que pendant ce conflit ».

PS : aujourd’hui, les traditions et le souvenir des Tirailleurs marocains, algériens et tunisiens sont conservés par le 1er Régiment de Tirailleurs d’Epinal (Vosges).

 

Source : New York Times: L' article

WASHINGTON -

images/stories/malle_coloniale/powerpoint.jpg

Gen. Stanley A. McChrystal, le chef de l'Américain et des forces de l'OTAN En Afghanistan, s'est vu  montré une diapositive de PowerPoint à Kaboul l'été dernier qui été censé  dépeindre la complexité de la stratégie militaire américaine, mais a regardé plutôt une "cuvette de spaghetti."

« Quand nous comprendrons powerpoint, nous aurons  gagné la guerre, » le Général McChrystal a sèchement remarqué, un de ses conseillers rappelés, et la salle a éclaté dans le rire.

images/stories/malle_coloniale/Elisabeh Bumiller.jpg

images/stories/malle_coloniale/Elisabeh Bumiller01.jpg

 

Elisabeth Bumiller dans courrier internationaldu 27 mai au 02 juin 2010

site du journal:le lien

 

CONDITION DU PERSONNEL.

L'augmentation du nombre de soldats tués ou blessés dans les engagements récents en opérations extérieures ont conduit les armées à développer de nouvelles mesures de solidarité pour accompagner les militaires touchés et leurs familles. Dans ce cadre, il vient notamment d'être décidé d'attribuer la carte de réduction SNCF aux proches des militaires décédés en OPEX.

Désormais, le conjoint survivant (marié ou lié par un PACS) et les enfants (à charge ou non) d'un militaire décédé en OPEX accèdent aux mêmes conditions tarifaires et d'utilisation du réseau SNCF que celles qui étaient accordées au disparu: 75% de réduction en 1ère et 2ème classe.

Ce droit est maintenu tant que le conjoint ne s'est pas remarié ou "pacsé" et que les enfants sont mineurs ou, à titre dérogatoire, poursuivent des études jusqu'à l'âge limite de 26 ans.

Source: DICOD.

 

Le Patron Anglais des démineurs démissionne

Le Col Seddon, qui a gagné la recommandation d'une Reine pour son  courage en Irak en 2006,explique

le pourquoi de son départ

images/stories/Glane_sur_le_net/Col Bob Seddo

Le Sun:

La BBC le lien vidéo

 

Le Royal Logistic :le Site du Régiment

 

images/stories/Glane_sur_le_net/the Royal Logistic Corps.jpg

 

images/stories/Glane_sur_le_net/carte_albanophone.gif

À la suite de l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie, de nombreuses armes sont en circulation dans la région, la plupart de façon totalement illégale. Le 29 avril, les forces spéciales de la police macédonienne, conjointement avec celles du Kosovo, ont saisi un véritable arsenal de guerre à la frontière macédo-kosovare. Ces armes lourdes appartiendraient à un dangereux groupe terroriste venu du Kosovo.

suite sur le courrier des balkans.courriers

 

images/stories/Glane_sur_le_net/Kosovo-drapeau.png

 

La guerre et surtout ceux qui la font sont au coeur d'un festival de Cannes décidément ancré dans la réalité avec le documentaire danois "Armadillo", sur l'Afghanistan, "Route Irish", le nouveau film de Ken Loach sur l'Irak, ou le grand classique "La 317e section" de Pierre Schoendoerffer, dont la version restaurée a été présentée sur la Croisette.

 

images/stories/Bulletin_info/5-32470-G37904.jpg

 

Dans le documentaire "Armadillo", du nom d'un camp allié situé sur la ligne de front au sud de l'Afghanistan, le Danois Janus Metz surprend. De jeunes engagés filmés au plus près, une photographie soignée, des effets de style et musicaux : on croit d'abord avoir affaire à une fiction.

 

Mais c'est bien de la réalité qu'il s'agit, celle de Rasmus, Mads ou Daniel, débarqués de leur Danemark natal dans un paysage d'un autre temps pour vivre pendant quelques mois "une aventure excitante" et faire l'expérience de l'amitié virile.

 

Leur mission est d'assurer la sécurité des populations civiles en empêchant la progression des talibans. Mais au fur et à mesure que leurs sorties se font plus dangereuses, que les blessés et les morts s'accumulent et que le fossé se creuse avec des villageois pris en tenailles entre les deux camps, le cynisme les gagne.

 

"Pays de merde", "salauds", lâche l'un d'entre eux. "L'ennemi est un salaud, on va le tuer comme un chien errant", bougonne un autre. Et effectivement, ils n'hésitent pas, toujours sous l'oeil d'une caméra qui se fait étonnamment oublier, à vider leur chargeur sur des blessés, les transformant en charpie.

 

De sentinelles en briefings, de missions au cours desquelles les balles leur sifflent aux oreilles en tentatives de fraternisation avec des Afghans démunis et épuisés, les uniques moments de détente de ces jeunes gens semblent résider dans les films pornos qu'ils regardent en groupe.

 

images/stories/Bulletin_info/route-irish-ken-loach.jpg

Sélectionné de dernière minute en compétition officielle et présenté jeudi, le dernier Ken Loach, "Route Irish", explore un autre champ de bataille, tout aussi contemporain.

 

Dans un Irak ravagé par la violence et la mort, "Route Irish" -du nom de la route qui mène de l'aéroport de Bagdad à la zone internationale de la capitale irakienne- s'attache aux pas de deux anciens soldats, amoureux de la même femme.

 

Le réalisateur britannique, habitué des chroniques sociales et de Cannes, avait remporté en 2006 la Palme d'Or avec "Le vent se lève", film consacré à un autre conflit: celui d'Irlande.

images/stories/Bulletin_info/317s18052010_131920.jpg

Cette palette guerrière est complétée par le classique du cinéma français "La 317e section", de Pierre Schoendoerffer, restauré et projeté dans le cadre de la programmation "Cannes classics".

 

Tourné en 1964 au Cambodge, "La 317e section", basée sur des faits réels, raconte la déroute d'un groupe de soldats pendant la guerre d'Indochine.

 

 

En 1954, la 317e section locale supplétive, commandée par le jeune sous-lieutenant Torrens (Jacques Perrin) secondé par l'adjudant Willsdorff (Bruno Cremer), un ancien de la Wehrmacht, doit abandonner le petit poste de Luong Ba à la frontière du Laos, et rallier Lao Tsaï à 150 kilomètres plus au sud, à travers une forêt hostile. Une fuite ponctuée d'embuscades et au cours de laquelle rien n'est épargné aux combattants: les intempéries, la boue, la dysenterie et la mort.

 

Tourné dans des conditions particulièrement difficiles, ce film, aux images magnifiques, constitue aujourd'hui un témoignage réaliste sur ce conflit. "Je voulais que la caméra soit comme un soldat invisible", explique Pierre Schoendoerffer qui filme à hauteur de ses acteurs.

 

images/stories/Bulletin_info/317s18052010_131826.jpg

 

A défaut d'avoir donné lieu à une déclaration formelle aux médias comme le souhaiterait le Général Antoine LECERF, ces déclarations sont disponibles sur un site internet, accessible par tous les internautes.

images/stories/Vie_Amicale/Antoine Lecerf.jpg

La vidéo séance public au sénat

cliquez  pour la vidéo

images/stories/Vie_Amicale/entete_logo_senat.gifsénat vidéos le site

 

L'ancêtre de la médaille militaire.

Le Médaillon de Vétérance modèle troupe créé sous l'ancien régime, le Médaillon de Vétérance, aussi appelé ordre des deux épées du fait de son motif, est l'ancêtre de la médaille militaire créée en 1852.

 

images/stories/La_reserve/01medaillon2.jpg

 

Par ordonnance du 16 avril 1771, louis XV avait créé la Vétérance, statut honorifique accordé aux vieux soldats fidèles et infatigables ayant accompli un long service. Pour obtenir la Vétérance, un soldat ou un sous-officier devait avoir accompli au minimum 24 années de service.

 

images/stories/La_reserve/03medaillon.jpg

Source : Généawiki ( tout sur les ordres et médailles)

 

Après de rudes combats et la chute successive des différents fortins, l'assaut final a lieu le 7 mai et le cessez-le-feu est déclaré à 17h30.

 

images/stories/Indo_Algerie/IMG_1137.jpg

DIEN BIEN PHU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bataille aura fait 3.000 morts et disparus dans le camp français ainsi que 4.000 blessés. 10.000 hommes sont faits prisonniers et vont subir un long calvaire dans la jungle, humiliés de toutes les façons possibles par les vainqueurs. Seuls 3.300 seront libérés, épuisés, en septembre 1954. Du côté vietnamien, les chiffres sont plus incertains. Il y aurait eu 20.000 à 30.000 tués et blessés.

 

À Paris, le président du Conseil Joseph Laniel annonce officiellement aux députés la chute du camp. Le lendemain s'ouvre la conférence de Genève qui conduira au partage du Viêt-nam entre deux gouvernements antagonistes.

Liens INA : ina.fr

lien audio :emissions/hist0

site sur dien bien phu : dienbienphu.

site des morts pour la France en indochine : La base de données des "Morts pour la France" au cours de la Guerre d’Indochine (1945-1954)

 

Prix spécial de la Saint-Cyrienne au général Bigeard

voir la vidéo : prix_special_de_la_saint_cyrienne_au_general_bigeard_video

 

Pélerinage de Lourde :http://www.dioceseauxarmees.catholique.fr/

 

images/stories/pelerinage_militaire_international_2010.jpg

 

Concours Du son et de l image :sonsurimage.fr

images/stories/concours_du_son_sur_l_image.jpg

Différentes manifestations sont organisées partout en France le 7 mai pour la JNR. Le secrétaire d'État à la Défense et aux anciens combattants (SEDAC) présidera le 7 mai à 18h30 une cérémonie de ravivage de la flamme dédiée à la réserve, sous l'Arc de Triomphe à Paris.

images/stories/journee_nationale_des_reservistes_2010_medium2.jpg

site réserve reserves.terre.defense

 

Veuillez trouver ci-après, l'éditorial du président de l'amicale du 117ème RI (à l'époque, régiment dérivé du 2ème RIMa !), auquel je souscris entièrement. Signé: le président.

images/stories/La_reserve/254_001.jpg

Cliquez pour agrandir

Après une année 2009 riche en évènements de toutes sortes: conséquences de la crise boursière, suppression d'emplois par dizaines de milliers, la grippe H1N1, le réchauffement climatique... l'année 2010 démarre aussi rapidement avec son lot de déboires en tous genres: tremblement de terre en Haïti, inondations près de chez nous en Vendée, polémiques après les élections régionales...

images/stories/La_reserve/800px-Caserne_Chanzy.jpg

Chacun de nous, dans son coin, fait le dos rond espérant ne pas être trop secoué par tous ces aléas. Le rôle de notre amicale, comme beaucoup d'autres, est donc de resserrer les liens d'amitié qui nous unissent pour faire front face à ces difficultés et de rompre l'isolement dans lequel certains se trouvent, sans oublier le devoir de mémoire que nous devons transmettre aux jeunes générations.

Signé: le Cen (H) Poccard. Président de l'amicale du 117ème RI.

PS: no comment; je n'ai rien à rajouter. TD.

images/stories/La_reserve/IMG_0515.jpg

Soutenez nos Marsouins

 

 

Billetterie

 


 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook