( 5 Votes ) 

Le retrait programmé des armées françaises, engagées en Afghanistan depuis 2008, s’accélère.

 

 

 

Plus de 2 000 hommes et 2 000 tonnes de matériel ont déjà quitté le pays. Pour mener cette manœuvre logistique à son terme, soit à l'été 2013, la liberté d'action et la sécurisation des zones sont des conditions essentielles.

Après onze années de présence sur le sol afghan,les armées françaises conduisent actuellement le retrait des forces engagées directement dans les actions de combat. Le processus d'allégement du dispositif français a débuté dès la fi n de l'année 2011. En mai 2012, François Hollande, président de la République et chef des armées, demande l'accélération du mouvement.Ainsi, au cours de cette année, les armées ont procédé au retrait d'environ 2 100 soldats et de près de 2 000 tonnes

lire la suite : ici

source défense

( 6 Votes ) 

 

 

Ce travail photographique a commencé en 2011 et prendra fin au moment du retrait total des troupes françaises. Après six séjours passés aux côté de ces soldats en Afghanistan, je voulais comprendre ce qui pousse ces hommes à s'engager dans un tel conflit. Souvent âgés d'à peine 20 ans, j'ai partagé, cette fois-ci en France, le quotidien des blessés. J'ai commencé à construire un travail de mémoire, afin de témoigner de la réalité de cette guerre, de ce qu'elle engendre comme souffrance. Un travail qui donnerait à réfléchir sur le sens du « devoir accompli » qui anime ces mutilés de guerre. Certains d'entre eux souhaiteraient que le statut de « blessé pour la France » soit institué en France, et celui d'ancien combattant refondé. Car, aujourd'hui, les « vétérans » ont souvent 25 ans.

 

le site de Philippe de Poulpiquet

 

afghanistan pour la france sur facebook

 

le reportage de Polka magazine ici

 

le site Polka magazine

 

Photographies : Philippe de Poulpiquet / Texte : Anne-Cécile Juillet

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 35 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook