( 8 Votes ) 

L'arrivée du 2e RIMA 8eme compagnie

 

 

 

 Nous habitions dans ce petit village : Ponteba (actuellement Oum Ed Drou) à 7 km à l'est d'Orléansville ( Chlef) sur la route de Oued Fodda . En 1957 , ,peut-être parce que nous étions proches de la ville , aucun militaire n'était encore arrivé chez nous .
Un soir,avant le crépuscule , un habitant berbère du village est venu avertir mon père qu'ils (les « fellaghas) étaient dans le village :- « prends ta femme et tes deux filles et pars à Orléansville »
- « toi ? Tu pars aussi ,, »
- « où veux-tu que nous allions , »
- « si vous restez , nous restons aussi »
Le soir ,il faisait nuit noire , on frappe à la porte ... Je me souviens encore de la pâleur subite des visages de mes parents ! Mon père tarde à ouvrir..;les coups se répètent plus forts et insistants ... A la grâce de Dieu ...Mon père ouvre... Devant nous trois ou quatre militaires.....
L'officier, le capitaine je crois ,interdit , n'a pas compris pourquoi un civil se jetait à son cou et le serrait dans ces bras !!!!

 

Petite anecdote comique


Il était , bien sûr , interdit aux soldats de prendre quoi que ce soit dans les maisons des douars ou des mechtas qu'ils fouillaient ;
. Au retour d'une opération dans le djebel , tous les soldats alignés ,assistaient au debriefing . Le lieutenant parle ... dans un silence complet ...tout à coup : drinnnnnnnng !! sonnerie retentissante d'un réveil matin !!!
Il y eu punition , mais légère . Ils faisaient leur service militaire , n'avaient pas vraiment été préparés à ce genre de combat , et les officiers n'étaient pas trop sévères .

 

Petit récit qui nous a fait voir la guerre autrement


Nous avions une dizaine d'années mon cousin , Marc, et moi . Comme tous les enfants de notre âge , garçons ou filles , nous jouions à la « bagarre ». Mais ,pour nous , ce n'était pas le gendarme et le voleur ou le cowboy et l'indien , non , c'était le militaire et le « fellagha »;
Nous avions façonné des mitraillettes en bois . Nous jouions , donc , dans la cour de la forge de mon oncle .
- « tatatatatat...je t'ai eu ...tu es mort... »
- « non,ce n'est pas vrai ...tu m'as manqué ... »
Un militaire est enté dans la cour à ce moment là . Il revenait d'opération . Son meilleur copain était mort à ses côtés . Il a pris nos « armes » , les a brisées sur son genou ,
- « vous n'avez pas honte ?.... Je ne veux plus vous voir jouer à ça .... »
Abasourdis , nous ne comprenions pas . La bouche ouverte ,prêts à riposter, nous sommes restés sans voix:
des larmes coulaient sur ses joues
Nous n'avons plus jamais joué au militaire et au fellagha .!!!

 

 


J'ai mis bien longtemps à vous répondre ? Veuillez m'en excuser SVP
En pièces jointes vous trouverez des photos de militaires du 2e Rima 8eme cie et trois petites anecdotes dont je me souviens ( J'avais 11 ans et j'en ai maintenant 66 !!!) . Mais nous n'avons jamais oublié "nos militaires"!!!
Cordialement

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 74 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook