( 2 Votes ) 

 

source : Souvenirs du Colonel Fevai

450

Poste Azib-Ben-Ali-Cherif.

 

Je suis arrivé au PC du « 2' de Marine » en octobre 1960 à l'issue du stage de pelfectionnement de Philippeville.Le PC du 2 était à Akbou en Kabylie. Je devais rejoindre le commando V 63 (commando de chasse)

administré par la 1" compagnie à Tizi N'Slib, capitaine Dupuy.Le commando V 63 commandé par le lieutenant Mougin, était installé au village de Chelatta, à 2 km du PC de la 1" compagnie.Le commando V 63 du lieutenant Mougin avait trois sections:- sous-lieutenant (réserve) de Juglart;- sous-lieutenant (réserve) Berger;- adjudant Bompart.Le lieutenant Daufresne (promotion Saint-Cyr: Bugeaud) rejoignit en janvier 1961 et prit la 1" section. Le lieutenant Mougin fut muté au 2' bataillon le 27 décembre 1960 et je pris à cette date le commandement du V 63.Ce commando était sous les ordres tactiques du GCCA alors commandé par un futur Chef de Corps du « 2 », le lieutenant-colonel Delayen. Dans ce cadre, le V 63 intervenait sur toute la Kabylie; entre autres à l'ouest de Bougie dans la région de Mindjou et dans la vallée de l'Akfadou. Les missions étaient de 4 à 7 jours, soit en commando isolé, soit en actions concertées avec d'autres commandos (27' BCA, etc.). Son rôle le plus fréquent était de déceler les mouvements des « FEL » pour les livrer aux artilleurs ... aux aviateurs ... et éventuellement aux légionnaires.Plusieurs anecdotes glanées au fil de ces missions :

abkou0001

Février 1961: 1l neige ... nous partons tout de même à pied en direction du col de l'Akfadou ... Arrivés devant le massif du Zen (4 heures après) tout est blanc, plus de piste, il faut sortir la boussole ... et le massif, bourré de minerai de fel; fait le reste. En effet, il nous faut à peine trois heures pour recouper nos traces du départ après un superbe cercle de 7 heures! ... Pourtant cette manoeuvre savante trompe encore plus les guetteurs du FLN que notre commandant, et nous débouchons au petit jour dans le village de Berkeis (où nous étions passés des dizaines de fois sans rien voir). Toutes les caches sont ouvertes ... C'est la curée. Nous découvrons ce que l'opération jumelle n'avait pas trouvé: l'infirmerie de la Katiba locale avec un médecin et une infirmière métropolitains.

algerieeed01

Avril 1961 : Le caporal Rouleau de la 1" section marche en tête du commando. Nous traversons le Zen. Tout est calme. Aucune trace fraîche au sol. Brutalement une explosion, l'éclaireur est blessé légèrement car la grenade offensive est partie dans les branches des arbres ... Curieux? .. . en soignant le blessé, l'infirmier découvre un hameçon piqué dans la parka de Rouleau ... Nous découvrons alors une demi-douzaine de ces pièges, c'est-àdire

une grenade offensive ou défensive ficelée dans les branches au-dessus de la piste dont la goupille est prolongée d'un fil et d'un hameçon, pendant à hauteur d'homme ... Le FLN allait à la pêche ... I!!

algerieeed03

Depuis mai 1961, c'est l'arrêt des opérations offensives ... plus de courses en montagne. Le commando est envoyé à Alger dans le quartier Belcourt ... travail difficile et dangereux. Je suis resté à Chelatta.En juin 1961, je reçois mon affectation pour le Niger ... Je vais donc quitter le « 2 » ... très provisoirement,mais je ne le sais pas ...

Sous-lieutenant Fevai




Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 27 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook