( 1 Vote ) 

 

Méconnue aujourd'hui, l'expédition mexicaine des français fut pourtant, plus que

celle de l'Indochine, l'un des projets les plus ambitieux { de Napoléon III. Créer un vaste

empire en Amérique centrale était le rêve de l'Empereur. L'aventure va mal se terminer. ..

En 1860, au Mexique, Bénito Juarez renverse le Président conservateur Miramon et

s'en prend aux ressortissants espagnols, anglais et français dont beaucoup sont massacrés. De

plus, la France, l'Espagne et l'Angleterre sont de gros créanciers du Mexique.

En 1861, Bénito Juarez fait voter par le congrès l'ajournement du paiement des dettes

dues par le gouvernement mexicain. Le 31 Octobre, par une convention, les trois puissances

pour appuyer leurs revendications décident d'envoyer au Mexique un corps expéditionnaire

qui débarquera à Véra-Cruz, port sur la façade atlantique de ce pays, et « avancera aussi loin

qu'il le faudra pour impressionner Juarez et sa bande» .Cependant, les trois Etats s'engagent

à « n'exercer dans les affaires intérieures du Mexique aucune influence de nature à porter

atteinte au droit de la Nation mexicaine à choisir et à constituer librement la forme de son

gouvernement ».

Selon les termes de la convention de Londres, les forces respectives des alliés

devaient être, outre les personnels des équipages des navires, de 600 espagnols et de 3000

français. L'Angleterre concourant à l'expédition par l'envoi d'une forte division navale et de

700 soldats de marine destinés à être, le cas échéant, débarqués sur la côte.

Le corps expéditionnaire français, placé sous le commandement du Contre-Amiral

 

Jurien de la Gravière( voir photo)

images/stories/Avant_20_siecle/Edmond_Jurien_de_La_Gravière.jpg,

comprend: 1 Etat-major, 1 bataillon de zouaves, 1 bataillon de fusiliers

marins, 1 escadron de chasseurs d'Afrique, 1 section du Génie, 1 brigade de gendarmerie, 1

régiment de marche d'Infanterie de Marine et 1 batterie d'Artillerie de Marine.

Le régiment d'Infanterie de Marine est composé d'un Etat-major au;"{ ordres du

Lieutenant-colonel Charvet, de la musique du 2iême de Marine et de deux bataillons, le 1er du

1 er régiment de Marine, le2ême du 2. Son commandement est donné au Colonel Hennique,

Chef de Corps du 2ème de l'Arme. Ainsi revint à ce régiment l'honneur insigne d'envoyer

son drapeau dans le Nouveau Monde inscrire sur ses trois couleurs, image de la Patrie, tant

de lauriers si bravement conquis par ses vaillants marsouins.

Le bataillon, du 1° de l'Arme, sous les ordres du Chef de bataillon Arbaud,

 

 

est formé

 

des i

ème (Capitaine Lemaire) 3ième (Capitaine Taillon) 4ièmc (Capitaine Sasias) compagnies de

Cherbourg et des 10ième (Capitaine Leris) Il ième (Capitaine Rameau) et lième (Capitaine

Lanrozac) compagnies de la garnison de la Martinique. Celui du i ème de l'Arme, sous le

commandement du Chef de bataillon Campion comprend les 22ième (Capitaine Lecamus)

2S

ième (Capitaine ROlL") 28

ième (CapitaÏJle Ruelle) compagnies de la portion centrale de Brest

et des S"me (Capitaine Bossand) 8

leme (Capitaine Petit) et 9"me (Capitaine Bourrie)

compagnies en garnison en Guadeloupe

L'Etat-major, la musique, le drapeau et les 2eme , 25 eme et 28 eme compagnies

s'embarquent à Brest le 11 Novembre 1861 sur la « Guerrière», l' « Ardente», et le

« Montézurna » et rallient la division navale française à Sainte Croix de Ténériffe où ils sont

rejoints par les zième ,3 èmeCie et 4ième compagnies du 1 er parties de Cherbourg le 6 Novembre.

Avant de mettre les voiles vers le Mexique, l'Amiral Julien de la Gravière fait

connaitre dans son « ordre du jour» la mission qui lui est confiée

MARINS ET SOLDATS

Nous allons au Mexique, nous n'avons pas seulement à y poursuivre la réparation de

nombreux griefs, nous aurons avant tout à réclamer pour le respect de notre Drapeau, pour

la sûreté de notre commerce, pour l 'existence de nos compatriotes, des garanties plus

sérieuses que celles qui nous sont offertes

Nous n 'entretenons aucune animosité contre le peuple mexicain. Nous savons ce qu 'il

faudrait attendre de cette noble et généreuse race, si elle pouvait mettre un terme à ses

éternelles discordes .. mais des gouvernements impuissants à maintenir la paix intérieure

protégeront toujours mal, quelque soit leur bannière, la sécurité des étrangers.

Dans la nouvelle campagne que nous allons entreprendre, vous aurez pour juges de votre

droit, l 'opinion sympathique de votre pays, le concours ou l'assentiment du monde civilisé;

vous aurez bientôt au Mexique même les VOEUX de tous les gens de bien.

 

 

Les forces françaises quittent Ténériffe le 25 Novembre se dirigeant sur la Martinique

à l'exception du « Montézurna» qui doit d' abord accoster à la Guadeloupe pour y embarquer

les Sième ,8

ième et 9

ième compagnies. Les troupes sont débarquées à la Martinique et les

compagnies des

 

 

des garnisons coloniales qui viennent seulement de recevoir la carabine à tige,

45

46

sont exercées tout particulièrement à la manoeuvre de cette arme et aux tirs à la cible. Dans le

même temps, avec des matériels venant de France, la batterie d'Artillerie de Marine est

constituée. Les animaux nécessaires aux attelages seront acheter plus tard, à la Havane et au

Mexique.

L'escadre française composée de 9 bâtiments quitte la Martinique le 17 Décembre et

rallie à la Havane les forces anglaises du Commodore Dunlop et le corps espagnol du

Général Prim dont une partie des troupes occupe déjà Véra-Cruz.

Ayant quittées la Havane le 2 Janvier 1862, les forces alliées sont en rade de

Sacrificios, face à Véra-Cruz le 7 Janvier.

(à suivre)

FICTION.

Fin 1861, avant de s'embarquer sur la frégate à hélice « La Guerrière» pour le

Mexique, le Colonel Hennique, Chef de Corps du 2eme de Marine, examine la position de ses

compagnes.

« 'J 'en ai réglementairement 34 qui devraient être réparties entre Brest(22) La

Guadeloupe(8) et l'Océanie(4). Actuellement, j'ai:

A Brest: Les 1eTe , l'me et i me qui viennent de renn'er de l'Océanie. Les J'me, 2geme ,3dme et

31eme à l'instruction mais Olec effectift. réduits cju fait que j'ai du envoyer en renfort au J'me

Régiment 150 hommes. Les 22eme , 25"ne et 28'me qui s'apprêtent à partir avec moi pour le

Mexique.

A la Guadeloupe: Les yme , ftme, ime,geme,lJ'n,. ,lime ,2J'me et 3ime. Le compte est bon

mais je retirerai à mon passage les 5eme ,ime et geme pour renforcer mon bataillon prévu

pour le Mexique La 13eme me rejoindra plus tard.

En 1ndochine: La 7 me du Capitaine Alleyron, partie en 1857 avec l'escadre de l'Amiral de

Genouilly. Les 2i"" et 2ftme du bataillon du Lieutenant-colonel Reybaud, embarquées en

Février 1858. n faut que j'ajoute les 35eme et 3ftn,., anciennement 3eme et geme du J'me

Régiment et qui ont été affectées au 2. Sans oublier les 1dme ,21éme et 27me embarquées sur

la « Saône» en Décembre 1858 et qui passèrent dès leur embarquement sous

l'administration du 3en .. Régiment sous les numéros 25,26 et27.

En Chine: Depuis début de l'année 1860, les 1 J'me, 1 l'me lime et 15en,. qui forment avec 4

compagnies du 1er Régiment le 1er bataillon du régiment de marche d'Infanterie de Marine,

aux ordres du Colonel de Vassoigne, et incorporé au corps expéditionnaire du Général

Cousin de Montauban

En Océanie: Les 1 ftme ,1 7 me ,1geme et 33eme qzn forment le bataillon expéditionnaire qui

débarqua en Avril 1860 à Nouméa. Plus les 2dme et 3ime parties en Avril de la même année

pour Tahiti.

C'est devenu pour le commandement et l'administration d'une portion cenn'ale et

l'enn'etien des détachements un fardeau très lourd pour un seul Chef de Corps. n faudrait

songer à réorganiser nos méthodes»

Depuis 1822, les corps de troupe d'Infanterie de Marine se présentaient comme des

centres d'instruction et réservoirs de multiples compagnies de marche, constituant suivant les

nécessités du moment des bataillons ou régiments de marche, à existence éphémère. Il faudra

attendre en 1900, le rattachement des Troupes de Marine à la Guerre pour aboutir enfin à une

meilleure répartition des compagnies.

BIOGRAPHIE DU GENERAL HENNIQUE, héros de cette campagne mexicaine.

Né en 1810 dans une famille aisée et après avoir fait d'excellentes études secondaires,

le jeune Privat, François, Agathon Hern1Îque s'oriente vers la carrière militaire et s'engage le

27 Novembre 1830 au 61 eme régiment de Ligne. Il y est nommé caporal-fourrier en Décembre

1831. Trouvant la vie un peu monotone et profitant de la re-création de l'Infanterie de

Marine, il s'engage dans celle-ci en Mars 1832 et rejoint le dépôt des régiments de la Marine

où il est nommé Sergent-fourrier.

En Mai 1832, il est affecté au bataillon du i mc Régiment d'Infanterie de Marine en

garnison au Sénégal. Il y restera huit années, passant Sergent-major le 1er Avril 1834, puis

Sous-lieutenant le 28 Décembre 1838. Il se fait remarquer par sa bonne conduite lors de la

guerre contre les Maures Trarza et le royaume de Oualo de Juillet 1833 à Août 1835.

Après nn bref séjour au 3eme Régiment de Février à Novembre 1840 où il est nommé

Lieutenant, il repart au Sénégal pour quelques mois puis revient en Métropole. Les galons de

Capitaine lui seront acquis lors d'un premier séjour de 2 ans à la Réunion et à Madagascar.

De retour en France en 1843, il est affecté au 3eme R.I.M. à Toulon ;il y restera

jusqu'en 1849. Nommé Chef de bataillon, il est désigné pour la Guadeloupe et va

s'embarquer à Brest le 20 Avril 1849.(on a peine, de nos jours, à s'imaginer ce que pouvait

être, au milieu du XIXème siècle, le déplacement de Toulon à Brest d'un officier marié et

tenu d'emporter de nombreux bagages en prévision d'un long séjour outre-mer. Ce

déplacement, en diligence, demanda huit jours) il passera quatre années sur cette île où son

chef direct, le futur Général de Vassoigne, le note comme un officier d'élite, gros travailleur

et très bon administrateur.

De retour en Métropole en Mars 1853, il est affecté à Brest au 2éme Régiment de

Marine comme Major; il y est promu Lieutenant-colonel en Janvier 1856. En Mars de la

même année, il part pour la Guadeloupe prendre le commandement de la portion du 2 sur

cette île.Il y reste quatre ans.

En 1860, nommé Colonel, il prend le commandement du 2cme de Marine à Brest. Fin

1861, il prend le commandement du Régiment de marche d' Infanterie de Marine créé pour

l'expédition mexicaine. Il y est très apprécié des Commandants en chef qui s'y succèdent

pour ses talents militaires et aussi pour ses qualités d'excellent administrateur, aimé et

respecté des populations mexicaines. Général de Brigade le 15 Décembre 1863, il remet le

commandement de son régiment au Lieutenant-colonel Chervet début Janvier 1864.

De retour en France, et après quelques mois de repos, il part pour la Guyane française

dont le gouvernement vient de lui être confié. Il y restera six années et y mourra de maladie

en Avril 1870, après avoir vu mourir sa femme un an plus tôt.

Il avait alors 60 ans et ses états de service comportaient 34 campagnes: au Sénégal, à

la Réunion, à Madagascar, à la Guadeloupe, au Mexique, en Guyane et 29 mois pleins à la

mer. Le Général Henrùque était Commandeur de la Légion d' Honneur.

Une belle carrière d' Officier de Marsouins de l' époque. Tout y est : de longs séjours

en pays tropicaux malsains et dépourvus de confort, des traversées interminables (à titre

d'exemple, le bateau « la Rance» quitta la Métropole le 18 Mars 1841 et arriva à la Réunion

le 15 Juillet, soit après 4 mois de traversée) et parfois périlleuses (il fit naufrage en 1841 sur

les côtes espagnoles), des fonctions politiques et administratives avec de lourdes

responsabilités, des combats et des batailles.

Soutenez nos Marsouins

 

 

Billetterie

 


 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 13 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook