( 1 Vote ) 

 

 

 

 

Tard dans la nuit, j'entends les Boches qui ramassent les blessés. De temps à autre, un coup sec. Je suppose qu'ils finissent les plus atteints. Je les entends s'approcher et je reçois un coup de pied dans les reins. Je ne bouge pas. Ils font de même avec les deux autres cadavres. C'était sans doute le moyen de savoir si il y avait encore des vivants. Ouf! Je suis pris de panique. N'entendant plus rien, je pars sur mes genoux et mes coudes vers nos lignes, je ne veux pas être pris; toujours des coups de fusil, venant surtout du côté français, tant pis je continue, je m'empêtre dans les fils barbelés. On me crie: "qui va là?", je réponds "blessé français deuxième coloniale"; "avance!" me crie-t-on. Je ne peux pas, les brancardiers viennent me chercher pour m'emmener au poste de secours." À l'occasion du centenaire du début du premier conflit mondial, Thierry Dupin verse aux dossiers de l'histoire le journal de son grand-père Jean, jeune soldat qui connut le front et les hauts et tristement célèbres lieux de cette guerre. Au fil des entrées et des pages se révèlent ainsi à nous, sans atermoiement et presque brutalement, le quotidien des soldats, la réalité des tranchées, la vermine et la boue, les incessants déplacements et les périls, l'horreur du gaz et les exécutions pour l'exemple... Immersion éloquente, in vivo et in media res, dans quelque cinquante mois de mobilisation, ce document nous confronte à cet indicible qu'est la guerre qui fait de vous, ainsi que l'exprimait J. Dupin, "un mort en sursis". De même qu'il nous laisse entendre une voix de Poilu inédite.

 

Lire la suite : Ici

Soutenez nos Marsouins

 

 

Billetterie

 


 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 56 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook