( 1 Vote ) 

 

 

 

30 juin 1916. L'attaque est prévue pour le lendemain sur toute la ligne de front anglaise. L'objectif stratégique est de soulager les Français attaqués sur Verdun depuis le mois de février. L'objectif local, ici, dans ce département de la Somme, à une grosse heure de route au nord de Paris, est tout simplement de percer les lignes ennemies. "Les Allemands se sont installés solidement, pour durer, utilisant parfaitement le terrain, la moindre hauteur, en bons géographes qu'ils étaient, raconte Marie-Pascale Prévost-Bault, conservatrice de l'historial de Péronne. Les Anglais croyaient qu'avec une préparation d'artillerie d'une semaine, inédite, le terrain face à eux serait libre." Le capitaine Nevill, à la tête du 8e bataillon de l'East Surrey Regiment, avait promis à ses hommes : "Demain, on jouera au foot dans les tranchées allemandes…" Et il avait distribué quatre ballons, un pour chacune de ses sections d'assaut.

Nevill tombe, son ballon sera ramené en terre anglaise

Ce 1er juillet 1916, en tapant dans un ballon, le capitaine sort de sa tranchée à la tête de ses boys. Mais loin d'être une partie de foot, la journée sera un désastre : 20.000 morts en vingt-quatre heures. La pire page de l'histoire militaire anglaise. Les Allemands s'étaient enterrés et sont sortis avec leurs mitrailleuses. "Tuer des Anglais, ce 1er juillet, c'était comme couper du blé", racontera l'un d'eux dans une de ses lettres. Nevill tombe, et son ballon sera ramené en terre anglaise. Il est exposé dans un musée en Angleterre

 

 

 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 16 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook