( 1 Vote ) 

 

"PATRIAM SERVANDO VICTORIAM TULIT" (« En servant la Patrie, il a remporté la Victoire »)

 

Les Compagnons de la Libération du 2ème Régiment d'infanterie coloniale: ICI


 

Deuxième ordre national français après la Légion d'Honneur, l'Ordre de la Libération a été institué par l'ordonnance n° 7 du général de Gaulle, Chef des Français Libres, signée à Brazzaville le 16 novembre 1940.

L'admission dans l'Ordre est destinée « à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'oeuvre de libération de la France et de son Empire. »

L'Ordre ne comporte qu'un seul grade. Ses titulaires ont droit au titre de Compagnon de la Libération. Le général de Gaulle, fondateur de l'Ordre en restera le seul Grand Maître.

 

 

1 059 croix ont été décernées entre la date de la création de l'Ordre et celle de la cessation d'attribution (23 janvier 1946) :

o 1 036 à des personnes physiques

o 18 à des unités militaires de l'Armée de Terre, de l'Armée de l'Air et de la Marine

o 5 croix ont été également décernées à des communes françaises : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l'Ile de Sein.

Parmi les 1036 membres de l'Ordre de la Libération, 65 furent tués avant le 8 mai 1945, alors qu'ils étaient déjà Compagnons, et 271 reçurent cette distinction à titre posthume. Si bien que un peu plus de 700 d'entre eux ont survécu à la guerre.

A deux reprises, l'Ordre sera exceptionnellement ouvert de nouveau par le général de Gaulle qui attribuera la Croix de la Libération à Winston Churchill (1958) et au Roi George VI (1960) portant ainsi le nombre définitif des personnes titulaires de cette haute distinction à 1 038.

Sept chanceliers ont présidé successivement aux destinées de l'Ordre :

o L'amiral Georges Thierry d'Argenlieu (1941-1958)

o Le général François Ingold (1958-1962)

o M. Claude Hettier de Boislambert (1962-1978)

o Le général d'armée (cr) Jean Simon (1978-2002)

o Le général d'armée (cr) Alain de Boissieu, (2002-2006)

o M. Pierre Messmer (2006-2007)

o M. Le professeur François Jacob depuis 2007

L'Ordre, cette « Chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l'Histoire de la France, fidèle à elle-même, solidaire dans le sacrifice et dans la lutte », pourtant destinée à s'éteindre, verra sa pérennité assurée par l'entrée en vigueur de la loi créant le Conseil national des communes « Compagnon de la Libération ».

site de l'ordre :ici

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 58 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook