« BAZEILLES ».

Marsouin rappelle-toi le grand nom de Bazeilles,

le courage de nos aînés à nul autre pareil.

Trois jours d’héroïques combats à dix contre cent,

face à des Bavarois assoiffés de sang.

Ils étaient inconnus ces marsouins de Bazeilles,

tous les ans vénérés à Martin des Pallières,

n’exhibant pas dans les revues de la capitale,

leurs corps décorés des blessures de Puebla.

Ils se battirent pour leurs fanions, non pour l’Empereur

pleutre, le même jour à Sedan, se rendant mort de peur.

France, rappelle-toi des Marsouins de Bazeilles.

Nota : poème écrit par notre « grand ancien » Camille HOUDBINE.

Merci Camille. Le président.

images/stories/malle_coloniale/til15_neuville_001f.jpg

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.

Alphonse NEUVILLE (1835-1885)

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 7 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook