( 2 Votes ) 

Article 1 - Tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie

 

Au Moyen Age (de 500 à 1500 de notre ère), il n'existait pas d'armée structurée, le « seigneur local » disposait d'hommes de mains à son service (plus généralement sa famille), mais devait faire appel aux villageois lorsque des conflits importants apparaissaient. Equipés de leur matériel agricole (faux, fourche, faucille, voire simple bâton...), ces derniers s'en allaient guerroyer sans plus d'instruction militaire.

Au fil des siècles et l'envie grandissante du « seigneur » d'étendre son royaume et pouvoir, des hommes de troupes furent embauchés et structurés pour défendre le territoire, escorter les notables, questeurs, évêques et autres personnalités. Avoir ses propres soldats était un signe extérieur de richesse et de puissance car seul un « seigneur » ayant de grands biens pouvait rémunérer des soldats. Il n'empêche que lors des conflits, les villageois étaient à nouveau réquisitionnés pour combattre moyennant une formation basic plus orientée sur la marche des troupes que le maniement des armes.

De tous temps, en plus des troupes officielles, un besoin d'hommes supplémentaires (au cas où !) était indispensable pour la bonne marche du royaume. Puis vint le temps du service militaire obligatoire où les jeunes hommes devaient effectuer un temps donné à la formation militaire et ainsi être des réservistes en puissance, formés et aptes à intervenir sur demande des hautes autorités...

 


 

En date du 5 septembre 1798, la loi institue un service militaire obligatoire permanent.

Article 1 - Tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie (...)

• 21 mars 1905 : l'ancien système de « tirage au sort » est supprimé. Sa durée est fixée à deux ans.

1913 : le Service est porté de deux à trois ans.

1939 : il est ramené à deux ans.

• octobre 1946 : la conscription est rétablie sans débat avec un Service d'un an.

1950 : durée du Service ramenée à 18 mois, mais maintien jusqu'à 30 mois durant la Guerre d'Algérie !

• 21 décembre 1963 : la durée du Service est ramenée à 16 mois, par décret.

• 4 janvier 1992 : « loi Joxe », la durée du service militaire passe à 10 mois, celle du service des objecteurs de conscience à 20 mois.

• 22 février 1996 : Jacques Chirac, chef de l'État, annonce « sa décision » de professionnaliser les armées. Il laisse sous-entendre que la seule solution est de supprimer définitivement la conscription obligatoire, et qu'elle devra être remplacée par un volontariat.

• 27 juin 2001 : le conseil des Ministres lance un décret mettant fin à la conscription, anticipant la fin de la période de transition de quasiment une année. Les appelés militaires déjà sous les drapeaux sont tous libérés au 30 novembre 2001, chaque contingent effectuant un mois de service en moins que le contingent précédent. Les derniers objecteurs de conscience sont libérés en juillet 2002.

Bien que son existence réelle date de Napoléon Bonaparte, la réserve militaire fut impliquée et joua un rôle important lors de la première guerre mondiale. Comparable à ces paysans qui lâchaient (par obligation !) l'activité des champs pour combattre, la réserve militaire est, de nos jours, une aide complémentaire à la continuité des services des armées. La fin du SN épuisa ce réservoir potentiel de soldat. Il fallait donc modifier le statut des réservistes passés, hommes "réquisitionnés" à celui réservistes volontaires et engagés.

Mais qu'est ce qu'un réserviste ?

Un réserviste, est une personne qui a « deux costumes ». L'un est civil, l'autre est un uniforme militaire (T.A.M). Cette personne, homme ou femme, a une activité profane; il travaille comme fonctionnaire, chef d'entreprise, ouvrier, cadre, milieu médical, voire chercheur d'emploi, etc... et consacre un temps donné à servir la France sous l'uniforme.

Il existe deux types de réserve: la réserve opérationnelle (RO) et la réserve citoyenne (RC) dans lesquelles on peut distinguer 3 catégories de réservistes :

1/ ancien d'active (retraité ou ex-active)

2/ ancien conscrit (qui a fait son service National)

3/ issu du monde civil (sans connaissance militaire)

Pour intégrer la réserve opérationnelle (RO), il faut satisfaire à certaines exigences physiques et tests divers, puis signer un Engagement à Servir dans la Réserve (ESR), de un à cinq ans à raison de 20 à 90 jours par an (en moyenne). Les spécialités professionnelles sont aussi très appréciées.

Pour intégrer la réserve citoyenne (RC), aucune exigence particulière si ce n'est être une personne pleine de ressources pour rapprocher le monde civil du monde militaire.

En fait, être RO n'est pas chose simple contrairement à ce que beaucoup de militaires d'active pensent. Comment concilier ces deux vies en une ? Etre réserviste opérationnel engage cette personne mais aussi, implicitement, l'employeur de ce dernier. Rares sont les RO qui peuvent quitter leur entreprise du jour au lendemain pour satisfaire aux exigences militaires comme pourrait le faire par exemple un pompier volontaire. Le RO devra négocier avec son employeur voire batailler pour obtenir gain de cause, essuyant le plus souvent un refus. Un déplacement professionnel de dernière minute et la période de réserve programmée saute. La priorité du RO, tout patriote qu'il soit, reste « alimentaire »... il doit préserver son emploi ! Voilà pourquoi, les réservistes se retrouvent au régiment les week-ends ou pendant leurs congés ; mais là, nouveau problème, c'est au détriment de la vie de famille. En effet, « bobonne » ne l'entend pas de cette oreille... toute la semaine au boulot et le week-end « Monsieur va faire le zouave avec ses copains » !!!

Le RC n'a pas ces contraintes, il gère et planifie lui-même son temps puis rend compte. Il ne crapahute pas, ne se fâche ni avec son patron ni avec « maman », peut siroter une bière devant la télé le week-end... en fait, personne ne le connaît ce type au régiment. « Ben, il sert à quoi alors » ? Ses missions sont multiples : recréer le lien Armée Nation en faisant connaître autour de lui le monde militaire, auprès de certaines instances, des communes, vers les jeunes, etc. « Un VRP de la Défense » ! Il rencontre les chefs d'entreprises pour la signature de convention de soutien à la politique de réserve militaire, permettant ainsi à ses camarades RO de pouvoir aller sur le terrain pendant leurs journées de travail et, après d'âpres négociations, sans perte de salaire ! Il participe au recrutement de la réserve voire de l'active mais aussi à la reconversion. Cette activité n'est pas rémunérée, il agit bénévolement pour les intérêts de la France et de ses camarades... c'est une action de foi !

Nous parlons bien ici de trois mondes différents qui gravitent pourtant dans le même univers. Peu considérés par les uns et pas reconnu par les autres... une guéguerre intestine !

Bon, soyons objectifs, c'est dans la nature humaine de rechercher moins bien que soi alors l'Active regarde la RO avec étonnement, qui regarde la RC avec étonnement, qui regarde les agents de sécurité avec étonnement, qui eux-mêmes n'aiment pas les pions d'école, qui sait !

Bien que le « pro » se dise que jamais il ne sera sous ESR, le RO n'aspire pas à la RC... mais qui sait, peut-être que le RC aurait bien voulu être RO alors que ce dernier à tellement de regret de ne pas être Pro ! Quel circuit sans fin.

« Vous avez suivi » !!!!! « Pas simple, non » ???

Mais ces trois composantes sont liées, comme les trois Couleurs, elles sont indissociables car elles vont dans le même sens. Ces militaires sont patriotes quel que soit leur statut, ils fiers de la France et de ses valeurs, fiers de se qu'ils représentent... ; ils ne souhaitent qu'une chose, être reconnus et regardés avec respect « intra muros », mais aussi par leurs concitoyens !!!

Respectueusement et cordialement.

Sgt (RC) MALENFANT Emmanuel.

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 52 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook