REFORME DES RETRAITES.

L’examen de la réforme sur les retraites a débuté le mardi 7 septembre à l’Assemblée Nationale. Une réforme qui concerne également les militaires même s’ils bénéficient d’un régime spécifique dû aux exigences et aux contraintes du métier des armes (disponibilité, opérations extérieures…) mais aussi à la nécessité de disposer de jeunes recrues.

En effet, pour faire valoir ses droits à la retraite, un militaire du rang ou un sous-officier doit accomplir actuellement 15 ans de service, 20 ans pour un officier sous contrat et 25 ans pour un officier de carrière.

Au mois de juin dernier, lors de la séance de clôture de la 82ème session du Conseil Supérieur de la Fonction Militaire (CSFM), le ministre de la Défense a estimé que les armées ne devaient pas rester à l’écart de la réforme des retraites, l’objectif étant de « préserver le cœur du régime des militaires tout en prenant part à l’effort national visant à rétablir et consolider notre régime par répartition ».

Comme pour le régime général, les changements devraient porter sur la durée du servie ouvrant droit à l’obtention d’une pension militaire.

Celle-ci sera portée de 15 à 17 ans pour les sous-officiers et les militaires du rang, de 25 à 27 ans pour les officiers. Cette mesure ne devrait pas concerner les militaires ayant déjà 15 ou 25 ans de services actifs. Les limites d’âge de chaque grade seront relevées progressivement de deux ans et le taux de cotisation sera aligné sur celui du secteur privé comme pour l’ensemble des agents de l’Etat.

Ces changements faisaient partie des pistes suggérées par le dernier rapport du Haut Comité d’Evaluation de la Condition Militaire (HCEM) remis au Président de la République en février dernier.

Source : MINDEF.

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook