( 1 Vote ) 

 

 

l'opération Rapier s'est déroulée dans la vallée d'Uzbeen et ses vallées adjacentes de Daram Daram et du Metharlam, en Surobi.

Cette opération majeure a été conduite conjointement par les PC tactiques de la Task Force (TF) Lafayette et de la 3e brigade de l'armée nationale afghane (ANA). Elle visait à contrôler et à fouiller la vallée ouest d'Uzbeen en vue d'y désorganiser les réseaux insurgés établis dans les villages de Yakhdand, Gaze Sufla et Gaze Ulya.

Les kandaks (bataillons de l'ANA) 2 et 6, en partenariat avec le groupement tactique interarmes (GTIA) Quinze Deux renforcé de la compagnie armée par le 2e REP, ont montré toutes leurs aptitudes à durer et à tenir le terrain en relançant conjointement leurs actions tout au long de cette opération.

Dans un premier temps, l'action du sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) Saphir appartenant au Battle Group (BG) Quinze-Deux et du kandak 36 à l'ouest, dans la vallée de Daram Daram et celle de la TF américaine Thunderbirds à l'est dans le Métharlam , visaient à canaliser les insurgés vers Uzbeen. Le SGTIA Rubis appartenant également au BG Quinze-Deux , positionné sur le col de Sper Kunday, complétait le dispositif américain en interdisant tout renforcement depuis cette région.

La deuxième phase, qui devait initialement être exécutée par des moyens aériens, s'est déroulée par l'unique piste d'accès à la vallée de Yakhdand, du fait des conditions météorologiques défavorables dans cette région de moyenne montagne. Les JTAC (Joint Terminal Attack Controller ), le SGTIA Onyx du BG Quinze-Deux et les éléments ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition, Reconnaissance) se sont alors mis en place sur différents sommets afin de renseigner les unités qui se déployaient autour des villages.

 

 

Les groupes d'insurgés, après une tentative d'infiltration sanctionnée par les feux de l'artillerie, ont été contraints d'abandonner toute action coordonnée dans cette vallée.

Les opérations de contrôles et de fouilles des trois villages ont pu se dérouler sans incidents démontrant ainsi aux populations locales que l'ANA agissait avec une totale liberté d'action. Une vingtaine d'insurgés ont été neutralisés. Le bilan des saisies d'armement assez faible montre que cette région régulièrement contrôlée est dorénavant facilement accessible à l'ANA, ce qui confirme sa capacité à assurer la sécurisation de la Surobi.

La compagnie du 2e REP est arrivée sur le territoire afghan courant juin-juillet dans le cadre de la réorganisation du dispositif français et de la mise en place du partenariat.

Sources : EMA

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 36 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook