( 1 Vote ) 

 

C'est avec une très grande tristesse que le président de la République a appris la mort ce matin de cinq soldats français et d'un civil afghan lâchement assassinés en Kapisa. Les soldats français participaient à la protection d'une « shura » (assemblée de notables) à Joybar dans la vallée de Tagab. Un terroriste a déclenché sa bombe à proximité des soldats français blessant grièvement quatre autres soldats français et trois civils afghans.

Le président de la République présente aux familles et à leurs proches ses plus sincères condoléances et s'associe à leur douleur. Il souhaite aux blessés un prompt rétablissement.

Au retour de son déplacement en Afghanistan au cours duquel il a réaffirmé son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes, le chef de l'État exprime la détermination de la France à continuer d'œuvrer au sein de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement.

Le 13 juillet 2011, en fin de matinée, des éléments du groupement tactique interarmes (GTIA) Kapisa étaient engagés dans une mission de sécurisation d'une shura près du village de Joybar, à quelques kilomètres au nord de Tagab. Ils étaient en appui d'une équipe environnement du GTIA et d'une équipe de reconstruction américaine, lorsqu'a eu lieu un attentat.

La shura débute aux environ de 8h30. L'objectif est de faire le point avec les responsables locaux sur le développement de la police locale et des actions de développement économique. Une quarantaine de maleks (chefs de villages) participent à cette shura .

Vers 11h00, la shura se termine. Quelques minutes après, une explosion retentit dans le poste de combat où est positionné un groupe de militaires français en sécurisation de la zone.

Il s'agirait d'un attentat suicide. Cinq militaires français sont tués et leur interprète est grièvement blessé.

A proximité du poste de combat, quatre autres soldats sont également blessés par l'explosion ainsi que trois civils afghans. Parmi eux, un militaire est très gravement blessé et une adolescente afghane est aussi touchée.

L'explosion est suivie par une prise à partie violente de tirs insurgés pendant une vingtaine de minutes.

Immédiatement, la Force de réaction rapide est déclenchée avec deux sections du GTIA Raptor. Une patrouille mixte, Gazelle et Tigre, est engagée en appui, ainsi qu'un chasseur F16 de la coalition. Les véhicules américains de la Provincial Reconstruction Team (PRT) traversent la route pour appuyer la riposte.

Cette riposte coordonnée des éléments du GTIA, des hélicoptères, des véhicules de la PRT et du chasseur permet de mettre un terme à l'attaque des insurgés.

Vers 11h45, les militaires et civils blessés sont évacués vers la base de Tagab, à quelques kilomètres de là. Puis, ils sont héliportés vers les hôpitaux militaires français et américains de Kaboul et de Bagram.

L'interprète afghan est décédé à l'hôpital militaire français de Kaboul des suites de ses blessures.

Les cinq tués appartenaient au GTIA Kapisa et à la Brigade Lafayette, depuis début mai : un lieutenant et un adjudant du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers, deux adjudants du 17ème régiment du génie parachutiste de Montauban et un caporal-chef du SIRPA Terre images de Lyon.

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 47 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook