L'Arme de Prédilection des Talibans I.E.D


JIEDDO: ici

 

Un programme élaboré par le Pentagone et évalué à plusieurs milliards de dollars tente de vaincre l'arme de prédilection des talibans, les engins explosifs improvisés, responsable de la mort de la plupart des 154 soldats canadiens ayant perdu la vie en Afghanistan.

 

Un programme élaboré par le Pentagone et évalué à plusieurs milliards de dollars tente de vaincre l'arme de prédilection des talibans, les engins explosifs improvisés, responsable de la mort de la plupart des 154 soldats canadiens ayant perdu la vie en Afghanistan.

Le major des Forces armées canadiennes Daniel Hilliker, un expert de neutralisation des engins explosifs, s'interroge quotidiennement sur les raisons expliquant le nombre élevé de morts entraînées par les engins explosifs improvisés (IED).

Les bombes placées en bordure des routes par les talibans, dont la fabrication ne coûte que quelques dollars, continuent de tuer les soldats canadiens. Le défi a rendu perplexes les puissances militaires et les conséquences en termes de pertes de vie sont désastreuses.

Daniel Jilliker participe depuis six mois à un projet international à Washington, élaboré en 2006 par le Pentagone pour vaincre l'usage des IED par les talibans. Le JIEDDO a dépensé plus de 16 milliards $US depuis sa création. Le budget accordé au programme pour 2010 était de 2,7 milliards.

 

Selon le major, les insurgés utilisent abondamment les IED depuis les trente dernières années seulement.Il a ajouté que les insurgés savent que les médias étrangers rapportent les morts et les dommages provoqués par les IED. Le major a déclaré qu'à son avis, la stratégie des talibans est de miner la volonté des forces étrangères dans la résolution de ce conflit en provoquant un nombre élevé de pertes humaines.

 

En 2010, les IED ont provoqué la mort de 368 soldats des forces internationales. Il s'agit du plus grand nombre de morts rapportées par l'OTAN en une année depuis le début de la guerre, en 2001.

Les analystes militaires soutiennent que les insurgés utilisent des bombes artisanales parce qu'ils seraient incapables de gagner une guerre sur un champ de bataille conventionnel. Les rares fois où ils ont tenté de combattre les soldats de l'OTAN se sont soldées par un échec.

«Ils ne peuvent tout simplement pas le faire, puisqu'ils n'ont pas l'équipement nécessaire et ne sont pas entraînés adéquatement», a spécifié le major Hilliker.

La fabrication d'un IED est, à l'opposé, relativement facile. Les insurgés utilisent souvent des matériaux résidentiels, telles des bouteilles de plastique qui contenaient de l'huile de cuisson.

Le JIEDDO a élaboré une stratégie en trois temps pour éradiquer les IED; s'attaquer au réseau d'insurgé, défaire l'engin et entraîner les soldats. En 2009, plus d'un milliard $ a été investi pour le premier volet seulement, alors que le réseau de distribution serait en partie situé à la frontière pakistanaise.

D'anciens combattants talibans ont indiqué à La Presse Canadienne qu'ils avaient appris à fabriquer les IED au Pakistan, et l'armée pakistaine a participé à cet enseignement, selon eux.

Le major Hilliker soutient que l'offensive anti-IED connaît un succès considérable, sans toutefois donner davantage de détails. Il a ajouté que dans 90 à 95 pour cent des cas, les forces internationales réussissaient à déloger les engins explosifs placés par les insurgés. Les 5 à 10 pour cent restants sont responsables de la mort des soldats étrangers, a spécifié le major Hilliker.

 

 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 269 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook