De l'impartialité des medias

 Après la mort  de deux jeunes français au Niger et celle du 53ème militaire français tombé en Afghanistan, le  Général ROUDEILLAC (2S) a voulu "poster" ce week-end, sur le Blog du Figaro, le  message dont le texte est rapporté ci-dessous.
 

"Deux Français se font tuer au Niger, un sous-officier français se fait tuer en Afghanistan. Que font les médias? Face à ces trois destins cruels, ils relèguent au second plan de leurs préoccupations la mort en service du militaire français, pour commenter à souhait la fin tragique de deux hommes, qui avaient fait le choix de se rendre au Niger, pour des raisons qui leur étaient propres. Et en cela réside la différence avec le 53° militaire tué au combat.Ce militaire s'est rendu en Afghanistan sur ordre de la France ou plus exactement sur ordre des représentants politiques des Français. Cette obéissance aux décisions de la Nation mériterait de ne pas passer au second plan.Ce sous-officier tué au combat mérite donc notre compassion. La France doit se sentir responsable de ce qui lui est arrivé. Les médias feraient bien de souligner la grandeur du sacrifice consenti et du métier des armes, la noblesse de l'obéissance aux décisions de la démocratie, le respect que se doit d'avoir la nation à l'égard de ses armées et de ses enfants qui acceptent de servir, sans compter. Mais le plus insupportable demeure l'indifférence, voire le mépris de certains faiseurs d'opinion, convaincus de détenir la vérité."

 

Le général ROUDEILLAC (2S) a posté ce message à 09h10.

A 09h13 il recevait la mention de son rejet," au nom des dispositions  de la charte d'éthique du journal."
 Il estime que cet incident mérite d'être porté à la connaissance du plus grand nombre.

La méthode utilisée par ce journal  est déplorable, faisons le savoir en diffusant largement cette navrante information 

Jean-Pierre SOYARD

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 37 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook