( 1 Vote ) 

 

L'arrestation de Ratko Mladic, inculpé par le Tribunal pénal international (TPIY) pour l'ex-Yougoslavie, notamment pour le massacre de Srebrenica, en Bosnie orientale, ne sera pas sans effet sur la future adhésion de Belgrade à l'Union européenne car la coopération complète avec le TPI était une conditions essentielles à la progression de la Serbie vers l'adhésion.


"Le processus d'extradition est en cours", vers la Haye, où siège le Tribunal pénal international, a déclaré le président serbe Boris Tadic. Son arrestation constitue "le résultat d'une pleine coopération de la Serbie avec le tribunal de La Haye. Aujourd'hui, nous fermons un chapitre de l'histoire de notre région qui nous mènera vers une pleine réconciliation" régionale, a-t-il ajouté. "En arrêtant Mladic, la Serbie se confronte à son passé. Justice est rendue", a déclaré pour sa part à l'AFP Bruno Vekaric, le porte-parole du Procureur serbe pour les crimes de guerre.


Le procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie Serge Brammertz a déclaré que la Serbie, en arrêtant l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, a "rempli une de ses obligations internationales".

"C'est très important pour les victimes. Quand j'ai appris la nouvelle, j'ai pensé tout de suite aux victimes et à la nécessité d'avoir ces responsables devant la justice pour la réconciliation".

"Il faudra voir quand il sera transféré à La Haye, on ne sait pas encore", a indiqué le procureur, selon lequel Ratko Mladic "doit passer devant le juge cet après-midi". "Il a la possibilité de faire appel", a souligné le procureur, ajoutant "c'est entre les mains des Serbes".

En route vers l'Europe

C'est "une étape de plus vers l'intégration de la Serbie à l'UE", a estimé le président français Nicolas Sarkozy.

Le commissaire à l'Elargissement, Stefan Füle, a salué "un geste historique de la part de la Serbie, qui démontre que la Serbie a compris l'importance cruciale de la réconciliation régionale". Cette réconciliation régionale "fait partie des critères politiques pour le processus d'adhésion à l'UE", a précisé Stefan Füle.

"La Serbie a compris la nécessité de se réconcilier avec son passé et avec le peuple", dit un porte-parole de la Commission européenne. "La Serbie a apparemment décidé d'accomplir des pas concrets sur le chemin européen".

La commission européenne doit donner son opinion sur l'adhésion de la Serbie fin septembre.

Comme prévu, Catherine Ashton est partie en Serbie ce jeudi. La chef de la diplomatie européenne a salué l'arrestation de Ratko Mladic, et demandé qu'il soit "transféré sans délai" devant le TPIY. L'arrestation de Ratko Mladic est "un pas important en avant pour la Serbie et la justice internationale", a estimé Catherine Ashton en félicitant le gouvernenement serbe "pour cette action courageuse".

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 46 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook