( 1 Vote ) 

Source : défense.gouv

L’enquête ordonnée par le chef d’état-major des armées a rendu ses conclusions. Des conditions d’engagement difficiles ont favorisé l’accident. L’état-major des armées a déclaré « déplorer l’incident » et « œuvre pour réduire ce risque au minimum ».

images/stories/hm.jpg

Les conditions de l’opération ont favorisé l’accident. Celui-ci est en effet survenu « de nuit, au milieu d’une végétation dense en cette saison, dans une zone où la présence d’insurgés était avérée et où nos soldats avaient été pris sous leur feu moins d’une heure auparavant », précise le communiqué.

 

Les trois militaires blessés ont été rapatriés en France où ils ont été pris en charge dans un hôpital militaire parisien. « L’un d’entre eux a quitté l’hôpital. Les deux autres militaires sont toujours hospitalisés. Le gravement blessé demeure dans un état sérieux bien que son diagnostic vital ne soit plus engagés », ajoute le communiqué.

 

L’état-major des armées rappelle que « le tir fratricide est un risque connu ». Il est « pris en compte dans la préparation de chaque mission et toutes les mesures sont prises pour réduire autant que possible ce risque » que les conditions d’engagement peuvent augmenter mais qui reste « inhérent aux opérations militaires ».

Vidéo Hervé Morin  confirmant l info : ici

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 21 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook