( 4 Votes ) 

C'était terrible de ne pas savoir ce que j'avais. J'avais peur d'être fou. Dans mon métier, la défaillance ne se dit pas.

 

 

Chaque fois que j'avais un flash, je pensais être capable de passer à autre chose . Longtemps j'ai réussi à avancer. Je suis même retourné en mission en Afgbanistan en 2011.

Je pensais y retrouver mon âme.

 

Le SSPT se déclare en moyeme trois à six mois après l'événement traumatique. Mais  peut aussi se révéler des années après. Combien de soldats français souffrent de cette pathologie? En juin dernier. le service de santé des armées en annonçait 400. Soit 0, 7% des militaires partis en Afghanistan.

 

lire la suite : ici

Témoigniage recueilli par caroline Fontaine avec Camille Le Pomellec

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 23 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook