( 2 Votes ) 

Cri de détresse ou signal d’alarme ?

 

 

 

Le texte d'une lettre écrite par une épouse de militaire circule depuis 48h sur internet. L'ASAF, ne pouvant identifier l'auteur - qui déclare vouloir rester anonyme -, ne publiera donc pas sur son site ce document appliquant ainsi rigoureusement la règle d'édition qu'elle s'est fixée.
Cependant, l'ASAF estime que les termes employés dans ce document révèlent, sous une forme inhabituelle mais directe et vraie, le malaise profond et général des armées qui pourrait rapidement atteindre un point de rupture et se traduire brutalement par des comportements aussi graves que ceux qu'ont déjà connus les forces de sécurité intérieure. La « coupe est pleine ». Il y a un vrai sentiment de « ras le bol ».
La méfiance Ceux qui servent en silence les armes de la France mesurent le fossé considérable entre d'une part les déclarations élogieuses sur leurs succès opérationnels et les discours de compassion sur les sacrifices consentis et d'autre part les efforts et sacrifices budgétaires supplémentaires qu'ils doivent encore subir. Ils ont oublié leurs illusions ; ils perdent confiance ; ils subodorent la tromperie. Eux qui ne cessent de se réorganiser et de réduire leurs effectifs depuis 30 ans sans rechigner, en remplissant malgré tout les missions demandées parfois avec « des bouts de ficelle » et en prenant des risques personnels considérables, ne comprennent pas et n'acceptent plus de payer pour ceux qui, en France, refusent toute réorganisation ou réforme à coup de manifestations et de grèves et obtiennent ainsi gain de cause

 

lire la suite  : ici

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook