( 2 Votes ) 

Aux Etats-Unis, Chris Kyle, un tireur d'élite, vient de publier ses mémoires

Il a 37 ans et il revendique 255 morts. Chris Kyle vient de publier ses mémoires. Le livre est intitulé "American Sniper" ; c'est le bilan de six années au sein des forces spéciales, de bataille en bataille, et de cadavre en cadavre.

Chris Kyle a donc compté 255 victimes au bout de son fusil. Le Pentagone est plus modeste : il estime que le soldat a fait "seulement" 160 morts, lors de ses quatre missions en Irak. Dans le magazine du Monde, Franck Berteau dresse le portrait du militaire texan.

 

 

255 victimes pour un seul tireur, c'est plus que les 109 personnes tuées par le soldat Adelbert F.Waldron, durant la guerre du Vietnam. Mais selon un autre magazine, Le Point, c'est moins que le Finlandais Simo Häyhä, qui aurait abattu 542 Soviétiques pendant la seconde guerre mondiale.

En Irak, Chris Kyle a fait moins bien. Pourtant, il s'est appliqué. Pendant la bataille de Fallouja, l'Américain a supprimé, à lui seul, quarante personnes. Dans une autre ville, Ramadi, les insurgés avaient mis sa tête à prix : 20.000 dollars (environ 16.000 euros). Ils lui avaient même trouvé un surnom : le diable.

Aux Etats-Unis aussi, pour certains, il est le diable. Quand les mémoires ont été publiés, des voix se sont élevées. Des lecteurs étaient choqués par l'étalage de ces cadavres. Le soldat a failli s'excuser. Pas pour les morts. Mais pour les détails qu'il a glissés dans son récit. En même temps, selon lui, "on ne peut pas en vouloir à l'éditeur de chercher à vendre des livres". Il faut bien attirer le lecteur.

Sur le fond, le militaire ne regrette rien. Il est fier d'avoir servi son pays : "Mon seul regret est de ne pas avoir tué davantage (...) Le monde est un endroit bien meilleur sans les sauvages qui prennent des vies américaines".

Aujourd'hui, le tireur d'élite est rentré chez lui. Dans le Monde, Franck Berteau raconte que Chris Kyle a tout arrêté pour "sauver son mariage". Il a pris sa retraite de l'armée. Mais il a trouvé une nouvelle vocation : il travaille pour une société de sécurité privée.

pdf Paris Match ici

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook