( 2 Votes ) 

 

 

La loi du 24 novembre 1922 a institué le 11-Novembre comme jour de « commémoration de la victoire et de la paix » afin de célébrer l’anniversaire de l’armistice qui mit fin aux combats de la Grande Guerre. En février 2012, un décret a été publié au Journal Officiel pour associer à cette date un hommage à tous les militaires tombés en opérations extérieures.

Ainsi, faire du 11-Novembre un jour férié doit permettre aux citoyens français d’assister aux cérémonies organisées dans chaque ville et village à la mémoire de ceux dont il ne reste plus qu’un nom gravé dans la pierre. Il s’agit donc de se souvenir de ces combattants qui ont sacrifié leur jeunesse et donné leur vie pour que nous puissions,aujourd’hui, vivre libres.

Alors que des enseignants, des élus et des associations d’anciens combattants s’attachent à faire vivre ce devoir de mémoire, d’autres n’en ont absolument rien à faire. Car, au moment où retentissait la sonnerie aux morts, ce 11-Novembre, dans la plupart des régions de France, les caisses de supermarchés faisaient entendre leur « bip bip » à chaque passage d’articles allant grossir le panier de leurs clients. Il y a là quelque chose d’indécent.

Pourquoi instituer un jour férié pour se souvenir du sacrifice de nos soldats si, pour la grande distribution, cette date doit être comme les autres? Enfin, presque comme toute les autres… Car, elle est aussi l’occasion, à grand renfort de publicités sur les stations de radio et autres bons d’achats offerts spécialement pour le 11-Novembre, de faire grossir son chiffre d’affaires étant donné que, leurs « clients » étant censés bénéficier d’une journée de repos, elle espère bien voir augmenter le taux de fréquentation de ses magasins.

Le 11-Novembre n’est hélas pas la seule date concernée. Le 8-Mai l’est aussi. Tout comme le 14-Juillet. En ce jour où l’on célèbre notre Fête nationale, ces enseignes de la grande distribution préférent le défilé des clients à celui des militaires sur les Champs-Élysées. De leur point de vue, on peut le comprendre… Mais sur 365 jours (et sachant que ces enseignes ont souvent l’autorisation d’ouvrir le dimanche matin), ce ne sont pas trois jours bien particuliers pour le devoir de mémoire et la République, qui mettront en péril leur bilan de fin d’année. Il y a un temps pour tout et pour toute chose et ce serait bien de penser parfois à d’autres valeurs que celles que l’on peut placer en banque.

Laurent Lagneau 

site : http://www.opex360.com/

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Soutenez nos Marsouins

 

 

Billetterie

 


 

Recherchez !

Connexion

Qui est en ligne ?

Nous avons 111 invités et aucun membre en ligne

Nous sommes sur Facebook